« Nous numériserons complètement l'AFP »

©2007 20 minutes

— 

Comment se passe la négociation budgétaire avec l'Etat pour les cinq ans à venir ?

Nous allons lancer la numérisation complète de l'AFP, pour assurer une production multimédia intégrée : photo, texte, vidéo, à destination de tous les supports. Aujourd'hui, 10 à 15 % de notre chiffre d'affaires est issu du multimédia, comme notre journal Internet fourni à Yahoo!, ou nos infographies. Nous voulons augmenter cette part.

Qu'en est-il du développement numérique à l'étranger?

Au Japon, nous publions des photos que les internautes commentent sur afpbb.com. L'audience décolle avec 10 millions de pages vues par jour. Deuxième round, le lancement fin 2007 du journal Web « Newswag » à San Francisco. Il contiendra des débats interactifs sur l'actu, en lien avec la blogosphère, surtout avec les sites des journalistes de l'Agence France-Presse.

En juin, l'AFP a annoncé l'explosion de la navette Atlantis par erreur.

Une boulette comme il en arrive quand on est sous tension 24 heures/24. Un journaliste avait préparé une dépêche en cas d'explosion, elle a été publiée par mégarde mais corrigée tout de suite. Nous avons fermement rappelé à nos bureaux de Washington que la procédure de l'AFP interdit d'écrire des dépêches à l'avance.

Autre coup dur, l'attaque de Ségolène Royal.

Elle nous a taxés de proximité avec le pouvoir quand nous avons publié une dépêche sur sa séparation, déjà révélée par d'autres médias. Certains plans médias échouent, l'AFP comme d'autres publications ne peuvent en être responsables. L'accusation de partialité est particulièrement déplacée. Personne ne peut, de l'extérieur, dicter notre ligne de conduite.

Quels nouveaux sujets l'AFP doit-elle traiter ?

Nous allons continuer le « traditionnel » comme la diplomatie ou l'économie, mais nous devons couvrir plus le high-tech, le life-style, les jeux vidéo. Cela suppose des redéploiements en interne.

Lesquels ?

Joker !