La fin de « Bild » alimente les craintes

©2007 20 minutes

— 

Jeudi, Axel Springer a définitivement enterré son projet de Bild français. Cette annonce ne laisse pas seulement les 40 Français que le groupe allemand avait embauchés sur le carreau, elle donne aussi des sueurs froides aux 15 salariés de T9, projet concurrent du groupe Amaury (propriétaire du Parisien). Ce journal s'est tellement construit en rival du tabloïd mort-né qu'il fut un temps surnommé Kill Bild. « Nous poursuivons le travail », affirme Jean Hornain, DG du Parisien, qui a tout de même débarqué deux têtes de T9 et déclaré fin mai à l'Association des journalistes médias que « Le Parisien et Aujourd'hui en France seront les premières armes contre le Bild ». Une autre inconnue subsiste : quid des velléités de quotidien matinal à bas prix du Monde ? Evoqué en mars par Jean-Marie Colombani, il semble réduit à néant par le départ de l'ex-président du directoire.