Sosie de Pete Doherty en Une du «Parisien»: «Les paparazzis m'ont encerclé et j'ai joué le jeu»

MEDIAS L’édition de Seine-et-Marne du « Parisien » faisait lundi sa Une sur Pete Doherty, nouvel habitant de Melun. Sauf que sur la photo, ce n’est pas lui…

Annabelle Laurent
— 
Andy Picci en Une de l'édition Seine-et-Marne du Parisien, lundi 21 septembre, à la place de Peter Doherty.
Andy Picci en Une de l'édition Seine-et-Marne du Parisien, lundi 21 septembre, à la place de Peter Doherty. — Le Parisien

« J’ai été mis au courant par des amis, qui m’ont reconnu. J’ai été surpris, mais content à la fois : je me demandais où étaient passées ces photos prises par des paparazzis, il y a deux ans bientôt ! » Lundi, les amis d’Andy Picci, un artiste franco-suisse de 28 ans, lui envoient la Une de l’édition Seine-et-Marne du Parisien.

Coiffé d’un chapeau, mine blanchâtre et clope au bec, c’est lui, en photo. Juste à côté du titre, qui indique : « Pete Doherty habite à Melun ! »

Oui, Pete Doherty habite à Melun

Reprenons. Pete Doherty habite bien à Melun. On l’apprenait lundi en lisant le récit du journaliste du Parisien, qui l’avait rencontré à Rock en Seine à l’occasion de la sortie du nouvel album des Libertines.

Rencontre au cours de laquelle, comme le raconte le journaliste, le bad boy britannique se lève et se met dans un coin de la loge pour soulager sa vessie… Fidèle au Pete Doherty que l’on connaît, abonné aux frasques. Mais Melun comme nouveau point de chute, ça, on s’y attendait moins. Aussi Le Parisien décide-t-il d’y consacrer lundi un gros morceau de la Une de son l’édition de Seine-et-Marne.

Sauf que sur la photo choisie pour la couverture, ce n’est donc pas lui, mais Andy Picci, qui lundi soir signale l’erreur sur son compte Facebook, ensuite relayée par Brain.

« Les paparazzis m’ont encerclé et j’ai joué le jeu un moment »

« La photo a été prise le 12 mars 2014, quand j’amenais mes oeuvres d’art à la galerie Bargehouse à Londres, nous raconte Andy Picci par mail. Je suis passé à proximité des studios de télé ITV au bord de la Tamise. Les paparazzis m’ont encerclé sans que je puisse réagir. J’ai donc joué le jeu un moment avant de leur dire que je n’étais pas Pete Doherty, mais rien à faire, ils étaient bien trop occupés à me photographier. »

C’est sur ces photos que tombe Le Parisien. « La photo que nous avons utilisée a été choisie à partir de photos prises par l’agence Sipa en mars 2014 », indique à 20 Minutes le rédacteur en chef de l’édition de Melun du Parisien, quelques heures avant que le journal ne publie un post d’explication sur son site : « Nous nous sommes fiés à ces agences spécialisées, sans nous douter qu’il s’agissait en fait d’un sosie. »

Sur le site de Sipa, on retrouve la série des 14 photos d’Andy Picci en cette journée du 12 mars 2014, taguées « Paparazzi », et légendées « Pete Doherty marchant près des ITV Studios ».

« L’aboutissement d’un projet artistique »

Le « sosie », lui, s’en réjouit presque. « Le fait que ce soit allé si loin est au final l’aboutissement d’un projet artistique commencé il y a maintenant deux ans », nous dit-il. « Cela fait partie de ma démarche que de jouer un rôle, et de m’approprier aussi bien des oeuvres, que des personnalités. »

Diplôme d’un master de Fine Arts d’une université londonienne, l’artiste installé aujourd’hui à Paris a « très souvent » été confondu avec le rockeur britannique. « Si j’ai commencé à le mimer parfois, c’était pour me libérer de toutes les personnes qui, continuellement, m’assimilent à lui. Mais il va de soi que je ne veux en aucun cas l’imiter ! »

Qui est Andy Picci ?

« J’essaie de créer un personnage qui est un mélange de différentes influences, et ce n’est pas parce que je porte un chapeau que je suis ou prétends être Pete Doherty », poursuit-il.

Avant de conclure : « Je suis Andy Picci. Qui est Andy Picci ? Ça, c’est une question plus compliquée. »