Médias

La seconde vie du courrier des lecteurs

PRESSE – Face à la montée en puissance de l'interactivité dans l'audiovisuel et sur le Net, les journaux réagissent...

Etre interactif est devenu leur leitmotiv. Depuis un an, la plupart des sites de presse proposent de commenter les articles on line, offrant ainsi un nouvel espace d'expression au lecteur.

Mais le bon vieux courrier n'est pas oublié. Le Nouvel Observateur a doublé ses pages dédiées aux missives en l'espace de trois ans, avec une nouvelle maquette qui devrait encore évoluer à la rentrée. Et à L'Express, Vincent Olivier a été nommé médiateur en 2006. « Il est évident que nous portons aujourd'hui une plus grande attention à ces lettres. Désormais, quand un lecteur écrit, son courrier est systématiquement transmis au rédacteur concerné, à qui l'on demande de répondre. » Et s'il ne le fait pas ? « Je reviens à la charge », assure-t-il, tout en précisant qu'un journal « ne peut pas se soumettre aux diktats du lectorat ».

De fait, les remarques ne sont pas forcément prises en compte. Pour Lionel Gaillaud, prof à l'Institut pratique du journalisme (IPJ, Paris), « c'est de la fausse interactivité ! Les journaux donnent l'illusion au lecteur qu'on l'écoute, mais ils se basent surtout sur des études calibrées pour faire évoluer leur contenu. » Quoique. A la rentrée, une rubrique de L'Obs va être modifiée tant les critiques de lecteurs se sont accumulées. Et Carine Fritel, à La Croix, assure que les journalistes « puisent parfois dans les lettres des sujets de reportage ». Mais la participation des lecteurs a ses limites. « Est-on là pour faire uniquement le journal dont ils rêvent ? », s'interroge le médiateur de L'Express.

en chiffres
1 Pour leur numéro un, la plupart des journaux inventent des fausses lettres de lecteurs. Pour montrer l'exemple...

50 Les journaux estiment qu'une lettre envoyée équivaut à 50 réactions identiques, et un coup de fil à 20 réactions.

350
Le nombre d'e-mails et de courriers de lecteurs reçus en sept jours par Le Nouvel Obs.

0 Le service courrier des lecteurs de Télérama assure n'effectuer aucune retouche sur les missives avant leur parution.