«Le Monde» a retrouvé ses têtes

MEDIAS Pierre Jeantet confirmé...

— 

Enfin! Le nouveau président du «Monde» est établi. Pierre Jeantet, jusque là directeur général du groupe, a reçu ce lundi l’approbation de la SRM (Société des Rédacteurs du Monde) à 61,7%, et celui des PVC (Publications de la Vie Catholique, dont «La Vie» et «Télérama») à 65%.

Ce vote sacre indirectement Bruno Patino, actuel président de Télérama et du Monde.fr, désormais vice-président du groupe, avec lequel Jeantet s'est allié pour succéder à Jean-Marie Colombani, président sortant.

«On revient de loin»

«Il y a zéro enthousiasme mais c’est un vote de raison, résume Valérie Hurier, présidente de la société des PVC. On revient de loin mais on ne peut plus être dans la fuite en avant comme ça l'était du temps de Colombani».

La semaine dernière encore, le doute régnait. Comment le duo allait-t-il fonctionner? Pierre Jeantet, qui avait perdu des points à cause de discours jugés soporifiques lors d’une tournée des rédactions, allait-il recueillir l'adhésion des sociétés de personnels?

Promis, pas de vente de «Télérama»

Du côté du quotidien «Le Monde», l'arrivée des vacances et le besoin d'éclaircir la situation a prévalu. Du côté des magazines du groupe, ce sont les assurances qu'ont données Jeantet et Patino de ne pas vendre «Télérama» et de «se désengager progressivement du pôle Sud (notamment Midi Libre)» qui a fait pencher la balance. «On n'a pas les moyens de financer la presse quotidienne régionale, explique-t-on en interne. Il faut se concentrer sur la presse nationale et sur nos magazines».

Plan de rigueur de trois ans

Une ombre plane: l'annonce d'un «plan de rigueur sur trois ans». «Cela sera douloureux mais il faut que l'on trouve un moyen de sortir de cette crise financière». Et cela ne sera pas une mince affaire: 146 millions d'euros de déficit cumulé sur les six dernières années, soit le bilan de l’ère Colombani qui s’est achevée le 22 mars dernier, avec le véto de la SRM à sa reconduction à la tête du groupe.

«On saura faire des économies intelligentes», a promis Pierre Jeantet. Soit une «logique de départs naturels ou de non remplacement», selon le programme annoncé par Bruno Patino.