Patrick Drahi s'allie à Alain Weill pour racheter le groupe NextradioTV

MEDIAS Le patron de SFR et Numéricable possède déjà Liberation et L'Express et une douzaine d'autres magazines...

A.D. avec AFP

— 

L'homme d'affaires Patrick Drahi, patron d'Altice (SFR, Numericable), le 24 juin 2015 à Paris
L'homme d'affaires Patrick Drahi, patron d'Altice (SFR, Numericable), le 24 juin 2015 à Paris — MIGUEL MEDINA AFP

L'homme d'affaires poursuit ses emplettes dans les médias. Patrick Drahi, patron d'Altice (SFR, Numericable), poursuivant sa politique d'expansion dans les télécoms et les médias, s'est allié à Alain Weill, PDG de NextRadioTV (BFMTV, RMC), pour racheter ce groupe, ont-t-ils annoncé dans un communiqué. 

>>  Qui est Patrick Drahi, 3e fortune de France selon Forbes et magnat des médias?

RMC et BFMTV en ligne de mire

Les deux patrons, qui se connaissent depuis près de 20 ans, vont lancer prochainement une OPA d'un montant de 595 millions d'euros environ. Patrick Drahi pourra racheter d'ici 2019 la totalité du capital de NextRadioTV, l'un des seuls grands groupes audiovisuels indépendants en France.

Créé en 2000 par Alain Weill, qui était alors directeur général de NRJ Group, NextRadioTV comprend la radio RMC, la chaîne d'info en continu BFMTV ainsi que les chaînes RMC Découverte et BFM Business. Le groupe a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 195,1 millions d'euros.

Un empire médiatique

Patrick Drahi, troisième fortune de France, a déjà racheté en juin 2014 le quotidien Libération et en février 2015, L'Express et une douzaine d'autres magazines. Il est à la tête du cinquième pôle de presse magazine français. L'homme d'affaires envisage également le rachat de Stratégies

Il détient aussi la chaîne israélienne d'information en continu i24news et le groupe israélien de télévision et de téléphonie mobile Hot.

Outre la presse, il s'est forgé en quelques années un empire dans les télécoms, en France comme à l'international: propriétaire de Numéricable, il a acquis SFR en mars 2014 pour 13,4 milliards d'euros, puis Portugal Telecom en décembre 2014 pour 7,4 milliards d'euros, et l'américain Suddenlink Communications pour 9,1 milliards de dollars.