Radio France: Fleur Pellerin demande à la présidence un «scénario crédible, sérieux»

MEDIAS «Je suis à la disposition de Mathieu Gallet (...). La méthode est simple, il suffit de prendre son téléphone», a déclaré la ministre de la Culture ce mercredi sur France Culture...

20 Minutes avec AFP

— 

Fleur Pellerin, ministre de la Culture, le 24 juin 2015, à Paris.
Fleur Pellerin, ministre de la Culture, le 24 juin 2015, à Paris. — NIVIERE/SIPA

La ministre de la Culture Fleur Pellerin a demandé mercredi que la présidence de Radio France lui présente «un scénario crédible, sérieux» de retour à l'équilibre financier et «d'étudier des possibilités qui ne portent pas uniquement sur des économies en matière d'emplois». 

«Je ne peux pas apprendre [ce scénario] en lisant Le Monde. Il faut qu'il soit présenté au conseil d'administration», a ajouté la ministre au micro de France Culture, en allusion à l'interview du PDG Mathieu Gallet au Monde la semaine dernière où il annonçait un projet de plan de départs volontaires de 350 personnes. Il faut «des idées fermes, une version stabilisée», a-t-elle ajouté.

«Une situation de crise depuis près de deux ans»

Regrettant «une situation de crise depuis près de deux ans» à Radio France, Fleur Pellerin est aussi revenue sur les déclarations de Mathieu Gallet dans Le Monde, où il se plaignait de ne pas avoir revu la ministre depuis la fin de la grève qui a paralysé le groupe pendant un mois en mars-avril. 

«Je suis à la disposition de Mathieu Gallet pour évoquer des sujets de gouvernance, de stratégie d'entreprise. La méthode est simple, il suffit de prendre son téléphone et d'appeler mon secrétariat et de prendre rendez-vous», a-elle lancé avec un peu d'agacement.

Direction et syndicats de Radio France s'étaient de nouveau opposés la veille sur un plan de départs volontaires présenté par le PDG Mathieu Gallet qui, face à la fronde syndicale, s’est finalement dit ouvert à un scénario alternatif. Mardi soir, il a annoncé dans un très bref communiqué qu’il étudierait les propositions alternatives des syndicats et que le CA se pencherait dessus jeudi.

Deux scénarios s'opposent

Lors d’un comité central d’entreprise tendu, mardi, le PDG avait d’abord présenté ses orientations stratégiques pour 2015-2019 ainsi qu’un « plan d’affaires » basé sur l’hypothèse de quelque 350 départs volontaires (sur 4.400 emplois environ). Un scénario déjà au cœur de la grande grève du printemps, qu’il a présenté comme la conséquence inévitable de la demande de l’État d’un retour à l’équilibre des comptes dès 2017, selon des sources syndicales. 

De leur côté, les syndicats ont mis sur la table un scénario alternatif, élaboré par un cabinet d’expertise, qui privilégie le non-remplacement d’une partie des départs en retraite, avec un retour à l’équilibre reporté à 2018.