Le Salon de la télé, « c'est pas Manpower ! »

©2007 20 minutes

— 

Les coulisses du PAF, c'est bien. Le PAF en direct, c'est mieux. Près d'un tiers des 60 000 personnes venues Porte de Versailles entre jeudi et hier au premier Salon de la télé, imaginé par Emmanuel Chain, avait le CV à la main, et le stress au corps. « Le public se dit très satisfait. Sauf 30 % des gens qui venaient chercher un job. Mais on n'est pas Manpower ! », lâche l'organisateur, Hervé du Verne, qui espérait 100 000 visiteurs pour amortir les frais. Plateau reconstitué, quiz archives télé, décor de « Caméra Café » : le salon est clairement ludique et familial. Ambiance envers de l'écran, mais pas de dossiers d'embauche pour néophytes en mal de vedettariat ! « Le premier jour, on a refusé tous les CV car ce n'était pas le but du jeu, reconnaît-on sur le stand de TV5. Et puis finalement, un responsable des ressources humaines est venu », emportant avec lui cent cinquante lettres de motivation et des bouts d'essais amateurs sur DVD.

Dans la file d'attente des castings, les visiteurs ? téméraires ou désespérés ? ? se remaquillent ou peaufinent leur prestation. Trente à quarante-cinq minutes d'attente, pour une minute face caméra. « On cherche des comédiens pour « Aladin », la future série de France 2 style « Un dos tres », et TF1 nous a chargés de dénicher Miss Rugby pour la Coupe du monde, explique Soledad Franco, de Casting.fr. Mais les candidats ont l'air plus motivés par la célébrité que par l'art ! » Malgré les vingt heures de rush, « aucun réel talent ». Les jeunes biberonnés à la « Star Ac' » et même des trentenaires veulent percer ex nihilo. Pourtant, les professionnels calment net ces ambitions. Le réalisateur Didier Froehly gagnait à ses débuts « 1 500 francs par jour, mais avec du boulot trois jours par mois », et, depuis vingt ans, Laurent Boyer doit attendre l'été pour savoir si son contrat est renouvelé. Selon le directeur du salon, « il faut surtout expliquer que la télé du futur aura besoin de techniciens qualifiés, pas d'animateurs par milliers ». Pas sûr que les mordus de l'antenne acceptent d'en passer par les câbles.