«Libération» clashe Natacha Polony

PRESSE Le quotidien a publié un article très acide sur la journaliste, en réponse à une tribune parue dans «Le Figaro»…

Anne Demoulin

— 

Natacha Polony
Natacha Polony — Christophe Russeil / FTV

Libération vs Natacha Polony. Dans une tribune du 7 juillet intitulée « Vive les canettes de bière et les guitares au canal Saint-Martin », Libération défendait les fêtards à Paris. En réponse, dans les colonnes du Figaro du 12 juillet, Natacha Polony dénonçait un « étrange mépris du peuple » de la part du quotidien dirigé par Laurent Joffrin et Johan Hufnagel. Ce lundi 13 juillet, dans un papier intitulé ironiquement « Natacha, mon amour », le chef du service France de Libération, Grégoire Biseau, épingle l’ex-chroniqueuse du Grand journal.

« La Jeanne d’Arc des temps modernes »

Le journaliste déclare sa flamme à Natacha Polony, « la Jeanne d’Arc des temps modernes ». « J’aime tout en vous (…) Vous êtes celle qui n’écoute que son courage pour se dresser contre la décadence de nos mœurs perverties par l’idéologie soixante-huitarde, contre la faillite de notre école républicaine gangrenée par l’égalitarisme socialiste. Vous êtes la madone du rétablissement de l’autorité, de la morale, partout et pour tout le monde. Vous parlez au nom du peuple français, et bien sûr des pauvres. »

Grégoire Biseau dénonce quant à lui le manque d’humour de la journaliste : « De droite, évidemment, réactionnaire surtout, mais d’abord, et c’est ce qui fait votre indéfinissable charme, dépourvue du moindre humour. Vous êtes totalement incapable de vous départir un seul instant de votre premier degré, toujours boursouflé de grandes envolées républicaines ».

« C’est beau comme du Eric Zemmour »

« C’est beau comme du Eric Zemmour. On attend déjà la suite avec gourmandise : “Quand Libération défend les homophobes”, “Quand Libération conchie les immigrés”, “Quand Libération crache sur Charlie” », raille le journaliste au sujet du papier signé par Natacha Polony le 12 juillet.

Et de conclure : « Chère Natacha, au plaisir de vous lire, encore et toujours. »