«Les Guignols de l'info»: Sarkozy veut-il vraiment les faire taire?

MEDIAS L’ancien président de la République ne porterait pas les marionnettes satiriques dans son cœur…

A.D. et C.W.

— 

"Big up les Français !" Nicolas Sarkozy, façon nouveau riche fêtard, interpelle les passants sur la Croisette: les Guignols font leur show à Cannes, où Canal+ impose sa domination dans la couverture télévisée du Festival.
"Big up les Français !" Nicolas Sarkozy, façon nouveau riche fêtard, interpelle les passants sur la Croisette: les Guignols font leur show à Cannes, où Canal+ impose sa domination dans la couverture télévisée du Festival. — Anne-Christine Poujoulat AFP

L’affaire serait-elle en train de prendre une tournure politique ? Alors qu’une rumeur enfle sur la potentielle disparition des Guignols de l’info à la rentrée, un autre bruit commence à courir. Derrière Vincent Bolloré, le patron de Vivendi, se cacherait l’un de ses proches, Nicolas Sarkozy.

Les Guignols sont-ils devenus ringards?

L’ancien président de la République « en boucle » sur le sujet des Guignols

Pour Teleobs, l’ombre de l’ancien président de la République planerait derrière l’affaire des Guignols. Le président du parti Les Républicains serait « en boucle sur le sujet », un programme qu’il considère « ringard », une émission « de merde » selon lui. Or, Vincent Bolloré, qui aurait déclaré aux patrons de Canal +, «la question des Guignols, vous me la réglez ! Faut s’en débarrasser ! », fait partie du cercle proche de Nicolas Sarkozy. On se souvient en particulier de l’histoire du prêt du yacht en 2007 qui avait fait couler beaucoup d’encre et avait entaché l’image de Nicolas Sarkozy.

Benoit Delepine, ex-auteur des Guignols penche aussi pour une manœuvre politique, actionnée par Nicolas Sarkozy. « Cela ressemble surtout à la proximité de l’élection présidentielle, avec Sarkozy. C’est une évidence totale. Or, c’est le genre de choses qu’ils ne pourraient pas faire l’année prochaine, parce que là ça se verrait trop, et ce serait un peu trop énorme. Et il y aura les primaires, avant ça. Si c’est le cas, ça me paraît une décision politique», a-t-il confié au Soir.

De son côté, l’entourage de l’ancien président français dément toute intervention de Nicolas Sarkozy pour interrompre le programme: « C’est grotesque et ridicule. Nicolas Sarkozy n’est jamais intervenu de quelque manière que ce soit dans ce dossier. Dire qu’il serait favorable à la fin des Guignols ne repose sur rien. Au contraire, il a toujours défendu le droit à la caricature ». 

Ce qui est sûr, c’est que l’histoire n’en a pas fini de faire des remous. Pierre Lescure, ancien président de Canal +, qui a démissionné hier du conseil d’administration d’Havas (qui gravite dans la sphère Bolloré), a confirmé la raison aux Echos : « J’ai démissionné d’Havas en apprenant la nouvelle qu’il y avait une menace de suppression de l’émission (…) C’est aussi pour avoir, le cas échéant, la liberté de m’exprimer.  Quant au sort de nos chères marionnettes, réponse probable ce vendredi lors du comité d’entreprise du groupe où sera évoquée la ligne éditoriale de la chaîne cryptée.

Voir notre vidéo : Les Guignols, qui veut leur peau, qui veut les sauver ?


Les Guignols : Qui veut leur peau - Qui veut les… par 20Minutes