VIDEO. Les «Guignols» de Canal+ pourraient disparaître

MEDIAS Le programme culte de Canal + serait menacé par Vincent Bolloré, le patron de Vivendi, propriétaire de la chaîne…

C.W.

— 

"Big up les Français !" Nicolas Sarkozy, façon nouveau riche fêtard, interpelle les passants sur la Croisette: les Guignols font leur show à Cannes, où Canal+ impose sa domination dans la couverture télévisée du Festival.
"Big up les Français !" Nicolas Sarkozy, façon nouveau riche fêtard, interpelle les passants sur la Croisette: les Guignols font leur show à Cannes, où Canal+ impose sa domination dans la couverture télévisée du Festival. — Anne-Christine Poujoulat AFP

A tchao bonsoir les Guignols de l’info ? Après la disparition ce lundi d’Alain de Greef, ancien directeur des programmes de Canal +, ce sont ses enfants, les petites marionnettes, qui pourraient tirer leur révérence. Selon Puremedias, le programme culte de la chaîne cryptée serait fortement menacé par Vivendi, propriétaire du groupe.

Vincent Bolloré, l’épée de Damoclès

Le site affirme que Vincent Bolloré, patron de Vivendi, le propriétaire du groupe Canal +, réfléchirait sérieusement à supprimer les Guignols. « C’est clairement une reprise en mains de l’actionnaire », témoigne l’un des responsables de la chaîne. Créées en 1988, les célèbres marionnettes satiriques pourraient-elles disparaître en septembre ? « Je n’ose y croire », confie un cadre, « mais on ne sait pas jusqu’où sont capables d’aller ce genre de grands capitalistes ».

Vincent Bolloré n’apprécierait pas particulièrement l’esprit irrévérencieux des Guignols, tout comme « l’esprit Canal ». « Je préfère quand ils sont plus dans la découverte que dans la dérision. Parce que parfois, c’est un peu blessant ou désagréable. Se moquer de soi-même, c’est bien. Se moquer des autres, c’est moins bien », avait-il expliqué sur France Inter en février.

Une menace sérieuse donc pour ce programme culte de la chaîne ? « Tout est possible, tout est ouvert », s’inquiète un cadre, « il n’y a rien de rationnel avec ce type de personnage. C’est plus facile de construire des ports en Afrique que de fabriquer une grille des programmes ! », s’exclame un autre salarié.