Le co-fondateur de Rue89 Pierre Haski victime à son tour d’un mauvais canular

MEDIAS Le hacker sioniste Ulcan «a encore frappé», raconte le co-fondateur de Rue89...   

A.L.

— 

Le président du site d'information Rue89, Pierre Haski en 2011 à Paris
Le président du site d'information Rue89, Pierre Haski en 2011 à Paris — Alexander Klein AFP

Le mode opératoire est identique. Exactement comme le fondateur d’Arrêt sur Images Daniel Schneidermann la veille, le co-fondateur de Rue89 Pierre Haski été victime, dans la nuit de mercredi à jeudi, d’un canular téléphonique vraisemblablement signé du hacker sioniste Grégory Chelli alias Ulcan, basé en Israël.

« Au moment où j’écris ces lignes, il est quatre heures du matin ce jeudi : le SAMU, les pompiers et des policiers de différentes unités viennent de quitter mon appartement parisien. Vous l’avez deviné : Ulcan a encore frappé », écrit Pierre Haski sur le site de Rue89. La police avait reçu un appel d’un correspondant a reçu en pleine nuit qui se faisait passer pour lui, affirmait avoir « poignardé » sa femme, et qui, « variante fantaisiste » prétendait qu’il avait ouvert le gaz dans l’immeuble.

Lire ici le portrait d’Ulcan

« Ulcan est reparti à l’offensive »

« Ulcan est reparti à l’offensive, après quelques mois de relative discrétion », constate Pierre Haski, qui avait déjà été victime du harcèlement du hacker, comme le journaliste de Rue89 Benoît Le Corre, dont le père est décédé l’an dernier, quelques mois après un infarctus en réaction à un piège téléphonique tendu par Ulcan.

Ce « réveil » d’Ulcan semble lié aux déclarations récentes du PDG d’Orange Stéphane Richard sur le retrait de l’entreprise d’Israël, et victime ensuite de menaces de mort.

Pierre Haski rappelle que le problème est « celui de l’impunité dont bénéficie cet homme, né à Paris mais vivant aujourd’hui en Israël, et qui n’est pas inquiété même pour les faits qu’il a amplement revendiqués », pendant que la « justice française suit son cours avec des dizaines de plaintes », dans « un contexte marqué par l’absence de signal politique du gouvernement français ».