«L'Humanité», «La Croix» et «Libération», quotidiens les plus aidés par l'Etat en 2014

PRESSE ECRITE «Le Figaro» reste le titre le plus aidé en cumulé, selon les chiffres du ministère de la Culture publiés vendredi...

20 Minutes avec AFP
— 
Un kiosque à journaux, à Paris,
Un kiosque à journaux, à Paris, — BERTRAND GUAY / AFP

L'Humanité, La Croix et Libération ont été les quotidiens les plus aidés par l'Etat en 2014 en termes d'aide par exemplaire, tandis que Le Figaro reste le titre le plus aidé en cumulé, selon les chiffres du ministère de la Culture publiés vendredi.

Comme en 2013, L'Humanité était l'an dernier en tête du classement des titres les plus aidés par exemplaire, avec 59 centimes d'aides pour chaque numéro imprimé, devant La Croix et Libération (27 cts tous les deux).

Viennent ensuite Aujourd'hui en France (26 cts), Science et vie (25 cts), Télérama (24 cts), L'Obs (21 cts), L'Express, Pèlerin, La Vie (20 cts), Jeune Afrique, Le Monde diplomatique (19 cts), Le Point, Famille chrétienne (17 cts), Challenges, Valeurs actuelles (16 cts), Le Figaro (15 cts) et Le Monde (14 cts).

Les titres les moins aidés

Toujours d'après ce même critère, L'Equipe, Le Télégramme et Le Canard enchaîné figurent parmi les titres les moins aidés, à hauteur de 2 cts par exemplaire. Quotidien payant le plus vendu, Ouest-France est lui aussi situé en bas du classement (3 cts).

Le quotidien catholique d'extrême droite Présent bénéficie de 45 cts d'aides par exemplaire, mais avec une diffusion de 800.000 exemplaires par an (contre plusieurs dizaines de millions d'exemplaires pour les grands quotidiens nationaux).

15,26 millions d'euros pour «Le Figaro»

Pour la deuxième année consécutive, Le Figaro figure en tête du classement des titres les plus aidés, avec un total de 15,26 millions d'euros d'aides directes et indirectes, devant Aujourd'hui en France (14,02 millions) et Le Monde (13,08 millions).

La Croix (8,32 millions), Ouest-France (8,23 millions), Libération (7,98 millions), Télérama (7,1 millions), L'Humanité (5,96 millions), L'Obs (5,2 millions), L'Express (4,98 millions) complètent les dix premières places.

Ces chiffres prennent en compte «tant les aides allant directement aux titres de presse que les aides budgétaires indirectes», explique le ministère de la Culture, à savoir des «aides directes au pluralisme» pour les quotidiens à faibles ressources publicitaires notamment, des aides à la distribution et des aides postales.

Le ministère rappelle que l'aide postale de loin la plus importante «est versée à la Poste, non aux éditeurs de presse» pour payer une partie de l'acheminement des journaux. Cette compensation a représenté environ 130 millions d'euros - autant que l'ensemble des aides directes - sur les 282 millions d'euros d'aides à la presse versés en 2014.

Pellerin pour la suppression d'aides à la «presse de loisirs et de divertissement»

La ministre de la Culture Fleur Pellerin veut supprimer les aides postales (indirectes) à la «presse de loisirs et de divertissement» (presse télé, people, féminins, ...). A l'inverse, la presse dite de la «connaissance et du savoir» (presse éducative enfant, presse technique, professionnelle, scientifique,...) conservera le bénéfice de l'aide postale.

Fleur Pellerin veut en revanche étendre les aides directes à une cinquantaine d'hebdomadaires, mensuels et trimestriels d'information politique et générale qui n'en bénéficiaient pas jusqu'ici, dont Charlie Hebdo.