Agnès Saal soupçonnée d'avoir utilisé des taxis à titre privé au Centre Pompidou

POLEMIQUE Elle y a exercé les fonctions de directrice générale entre 2007 et 2014...

Do.Ba. avec AFP

— 

Agnès Saal, PDG de l'INA, le 31 juillet 2014
Agnès Saal, PDG de l'INA, le 31 juillet 2014 — Dominique Faget AFP

Agnès Saal est une nouvelle fois soupçonnée d’avoir fait usage de taxis pour des motifs « non exclusivement professionnels ». L’ancienne directrice de l’Institut national de l’audiovisuel a déjà été poussée à la démission après la polémique autour de l’affaire des factures de taxi sur le compte de l’INA. Elle avait été épinglée pour avoir dépensé plus de 40.000 euros de taxis en dix mois, dont 6.700 euros par son fils qui disposait de son code de réservation auprès de la compagnie G7.

Alors que son dossier vient d’être transmis à la justice par le ministère de la Culture, un communiqué de la Cour de justice de Créteil annonce que « des présomptions d’usage non exclusivement professionnel de taxi par l’ex-présidente de l’INA durant la période » pèsent sur la fonctionnaire.

Enquête sur enquête

Ces soupçons portent sur la période 2007-2014, pendant laquelle Agnès Saal était à la tête du Centre Georges Pompidou. Ces éléments « viennent compléter » une enquête préliminaire ouverte le 20 mai pour « détournements de fonds publics aggravés ». L’enquête administrative devrait connaître son dénouement dans les jours à venir. Les sanctions varient du blâme à la radiation de la fonction publique. L’hebdomadaire Marianne a publié une photo de cette dernière avec une légende moqueuse, effectuant un trajet… en métro.