«Libération» lance une nouvelle formule

PRESSE Le journal souhaite repenser les liens entre le quotidien papier et son site Internet…

A.D. avec AFP

— 

Extrait de la une du journal «Libération» du lundi 1er juin 2015.
Extrait de la une du journal «Libération» du lundi 1er juin 2015. — Libération

Nouvelles rubriques, nouvelles unes et maquette rénovée. Un an après une crise qui a secoué le journal et vu le départ d’une centaine de journalistes, Libération lance ce lundi une nouvelle formule. « Libération était un quotidien qui publiait une version numérique. Libération sera un site qui publie un quotidien », explique Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du quotidien fondé en 1973.

Mais qui fait la police ?

La maquette a été dessinée par les graphistes Yorgo Tloupas et Javier Erra, à l’origine de la formule de 2009. La signature de la nouvelle formule, la police, baptisée « Libé » a été créée spécialement pour le journal. Modulable, cette nouvelle police apparaîtra tantôt arrondie, tantôt large, anguleuse ou allongée.

Tout au fond

Sur le fond, des changements également. A l’intérieur, après « l’événement du jour », quatre pages de séquence Expresso, un condensé des contenus publiés sur le Web, une série de doubles pages qui jouent sur la photo et la typographie, des pages débats et idées étoffées, une séquence culture plus graphique.

Le week-end, Libération accueillera des rubriques « images », « musique », « livres », « voyages » et « gastronomie ». « Il faut que ça fasse très boîte à outils avec des angles. On injecte de l’internet dans le journal », détaille encore Johan Hufnagel.

« Libération » au front

L’idée est de déplacer le centre de gravité du papier vers le numérique. « En se levant, le premier réflexe du lecteur pour consulter les infos, c’est le mobile. Il faut qu’on parte de là pour construire l’actu sur nos différents supports, c’est notre premier point de contact avec lui », a détaillé à l’AFP Johan Hufnagel, « numéro un bis » à la tête de la rédaction de Libération. Désormais à Libération, 50 % du trafic Web provient du mobile.

Le site et les applications du quotidien feront bientôt peau neuve avec l’instauration d’un paywall, lecture gratuite d’un nombre limité d’articles par mois, le développement de la vidéo. Une radio et un live ont déjà été mis en place. Objectif : 7 millions de visiteurs uniques en 2017 contre 2,74 millions en octobre 2014. « La liberté, ça s’invente », écrit Laurent Joffrin, mais elle a aussi un prix : 2 euros contre 1,80 euro précédemment. Une augmentation qui devrait être un des leviers du retour à l’équilibre d’exploitation, que Patrick Drahi, le nouvel actionnaire du quotidien, a demandé pour 2015.