«Charlie Hebdo»: Une commission va administrer les 4,3 millions de dons reçus

POLEMIQUE Les patrons du journal veulent «stopper les fantasmes» et couper court aux «attaques médiatiques violentes»...

Do.Ba.
— 
Riss
Riss — Baltel /Sipa

Les patrons de Charlie Hebdo veulent la transparence. Riss, le directeur de la publication, et Eric Portheault, le gérant, duo détenant à eux deux 60 % du capital du journal, les 40 % restants appartenant aux ayants droit de Charb, sont revenus sur le conflit les opposant à la journaliste Zineb El Rhazoui et « les chiffres fantaisistes qui circulent sur les recettes du journal et les dons ».

Dans un communiqué reçu ce lundi après-midi, ils ont tenu à préciser « qu’un conflit avec une salariée, en l’espèce simplement rappelée à ses obligations pour des motifs qui ne peuvent être dévoilés, ne saurait se régler sur la place publique ». Une bonne manière de dire publiquement qu’ils n’ont pas apprécié qu’elle parle du courrier pour un entretien à un licenciement préalable qu’elle avait reçu et dont Le Monde s’était fait l’écho jeudi.

Des sages désignée par Christiane Taubira

Riss et Eric Portheault parlent aussi chiffres. « La marge brute réalisée sur les ventes du journal depuis les attentats de janvier est estimée à environ 12 millions d’euros à ce jour, avant impôt sur les sociétés (33,33 %) », somme sur laquelle ils s’engagent à ne percevoir « aucun dividende ».

Côté dons, « le total des sommes recueillies auprès de plus de 36.000 donateurs venant de 84 pays différents, est d’environ 4,3 millions d’euros » en faveur des victimes qui seront déposées à la Caisse des Dépôts et consignations. La répartition de ces dons sera confiée à une commission de sages que Christiane Taubira, l’actuelle ministre de la Justice, sera chargée de désigner.

Cette mise au point permettra-t-elle d’éteindre l’agitation médiatique autour du journal satirique, que le duo qualifie «de déclarations inopportunes, inexactes, source de rumeurs malveillantes et de nouvelles tensions» ?