Google a réglé le conflit avec Max Mosley sur la diffusion de ses ébats sexuels

DROIT A L'OUBLI L’avocate de l’ex-patron de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) a refusé de dévoiler le contenu de l’accord…

20 Minutes avec AFP

— 

Max Mosley à Londres le 5 décembre 2011.
Max Mosley à Londres le 5 décembre 2011. — REX/SIPA

Google a annoncé vendredi avoir réglé le différend relatif à la diffusion sur internet des images d’ébats sadomasochistes de Max Mosley, l’ex-patron de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) qui régit notamment la Formule Un.

Ce dernier réclamait le retrait des images le montrant avec des femmes en tenues apparemment nazies. Le différend, qui courait depuis plusieurs années, "est réglé à la satisfaction des deux parties, dans tous les pays", a indiqué à l’AFP une porte-parole de Google, sans donner de détails.

Des images restées visibles malgré deux victoires de Max Mosley face à Google

Egalement jointe par l’AFP, l’avocate allemande de Max Mosley, Tanja Irion, a confirmé l’information, tout en refusant de dévoiler le contenu de l’accord. Les images avaient été initialement diffusées en mars 2008 par le défunt tabloïd anglais News of the world et étaient restées visibles sur internet, en dépit de deux victoires de Max Mosley face à Google devant des tribunaux français et allemands. En 2013 et 2014, la justice des deux pays avait enjoint Google de retirer ces images de ses moteurs de recherche en France et en Allemagne. Google avait alors annoncé son intention de faire appel.

La vidéo diffusée par News of the World montrait Max Mosley se faisant dominer par cinq prostituées vêtues d’uniformes --qui pour certains pouvaient évoquer des tenues nazies-- ou du costume rayé des prisonniers des camps de concentration. Le patron de la FIA avait rejeté toute connotation nazie et crié à la violation de sa vie privée. Certains avaient alors réclamé sa démission mais il était resté en fonction jusqu’en novembre 2009.