«Charlie Hebdo»: Jeannette Bougrab raconte avoir tenté de mettre fin à ses jours

ATTENTAT Dans son livre «Maudites» et dans une interview à «Paris Match», l’ancienne secrétaire d’Etat raconte sa relation avec Charb...

L.B.

— 

Jeannette Bougrab, la compagne de Charb, devant l'Hôtel de ville de Paris après la cérémonie lors de laquelle Charlie Hebdo a été fait citoyen d'honneur
Jeannette Bougrab, la compagne de Charb, devant l'Hôtel de ville de Paris après la cérémonie lors de laquelle Charlie Hebdo a été fait citoyen d'honneur — Eric Feferberg AFP

Jeannette Bougrab avait déjà dit vouloir mourir à la place de Charb, dont elle a affirmé être la compagne, après l’attentat à Charlie Hebdo le 7 janvier. «Je préfère mourir et laisser Charb vivre», avait-elle confié quelques jours après la terrible attaque. Elle confirme avoir tenté de mettre fin à ses jours dans son livre Maudites à paraître le 13 mai et dans une interview à Paris Match titrée «Charb me dit: "tu l’as ton chéri, je suis ton mec"». L’ancienne secrétaire d’Etat raconte également sa relation avec le directeur de Charlie Hebdo.

«Pour me soutenir, il est venu habiter chez moi»

Elle confie son état. «J’étais si bas qu’il m’arrivait d’espérer ne plus me relever», écrit-elle dans son livre à paraître chez Albin Michel. Elle avoue d’ailleurs avoir été sauvée par le Val de Grâce et Patrick Besson par qui elle avait fait la rencontre de Charb «un jour d’automne chez Lipp à midi». Sa relation amoureuse avec le dessinateur prend une autre dimension à l’heure où le cancer du pancréas de sa mère est diagnostiqué. «Mon chéri m’a dit "Bien sûr, tu l’as ton chéri, c’est moi, je suis ton mec. Je veux la rencontrer", raconte-t-elle. «Pour me soutenir, il est venu habiter chez moi».

«Ils veulent que l’image de Charb corresponde à celle qu’ils veulent donner de Charlie Hebdo»

Mais après l’attentat, la famille du directeur de la rédaction de Charlie Hebdo a affirmé que Jeannette Bougrab n’était pas la compagne du dessinateur. Concernant cette polémique, elle écrit: «Je passe cinq heures chez un huissier à consigner ma correspondance avec Charb, plusieurs centaines de SMS et des dessins pour May comme preuves tangibles de notre amour sincère et profond». Selon elle, les démentis de la famille de Charb s’expliquent par le fait «qu’ils veulent faire passer Charb comme l’un de ces "hommes qui sautent sur tout ce qui bouge" et moi comme "son plan cul". Parce qu’ils veulent que l’image de Charb corresponde à celle qu’ils veulent donner de Charlie Hebdo», explique-t-elle à Paris Match dont l’interview intégrale paraîtra jeudi prochain.

Depuis le mois d’avril, elle est partie en Finlande pour «changer d’air après la violence et la méchanceté.