MIPTV: Cinq émissions de téléréalité qui sont allées chercher (trop) loin leur concept

MIPTV Cinq émissions étrangères aux concepts improbables qui font l'actualité du 52e marché international des programmes (MIPTV) de Cannes…

Annabelle Laurent
— 
Une image tirée de l'émission  de téléréalité américaine «Labor Games»
Une image tirée de l'émission de téléréalité américaine «Labor Games» — TLC

De notre envoyée spéciale à Cannes

Adam et Eve, la téléréalité de D8 aux candidats nus? Une émission néerlandaise, au départ, et évoquée lors du dernier MIPTV, marché géant de programmes. Cette année, la télé du monde entier n’a pas non plus chômé pour pondre des émissions aux concepts improbables, présentés ce lundi à Cannes par la société d'analyse The Wit. 20 Minutes en a choisi cinq.

  • La plus «Les questions existentielles, oui. Mais nus.» Non, Adam et Eve n’a pas épuisé le stock de téléréalités aux candidats nus. Stripped, lancé en janvier dernier au Danemark, invente un nouveau prétexte pour les déshabiller. Non plus pour qu’ils trouvent l’amour, mais pour qu’ils se trouvent eux-mêmes... Enfin, c’est l’idée. Plus avide que le plus gourmand des huissiers de justice procédant à une saisie, la prod débarque chez quatre jeunes adultes et leur prend tout. Les voilà nus entre quatre murs, à philosopher: mon iPhone ou un slip? Car à chacun des trente jours que dure l’épreuve, ils récupèrent un bien, celui de leur choix. Un aperçu en images par ici
     
  • La plus «Coucou le CSA». «Pourquoi. tant. d’alcool». Pourquoi passer une journée infernale de cuite à se poser la question en boucle, en sueur au fond de son lit, quand on peut célébrer les effets de l'ivresse sous les spots d’un plateau télé? Lancé en décembre 2014 en Hongrie, Hangover commence par l’organisation sur Facebook d’une fête bien fournie en alcool. Endormis à l’aube, les jeunes candidats sont réveillés par la production de l’émission au bout de deux heures, et soumis à un alcootest. Les cas les plus désespérés sont considérés… parfaits pour l’expérience. Et la récompense au terme d’une série de challenges particulièrement débiles? Une grosse boîte d’aspirine. Notre CSA en aurait besoin d'une dizaine en cas d'adaptation. 
     

Un candidat du concept de téléréalité hongrois The Hangover. The Hangover/DRG. 

  • La plus «Pourquoi se passer des clichés quand ils sont si télégéniques». Quatre jeunes gays partent en trek en Amérique du Sud avec leurs pères qui n’acceptent pas leur homosexualité. Les épreuves rencontrées suffiront-elles à briser le mur d’incompréhension qui les sépare…? Lancé en décembre aux Pays-Bas sur la chaîne de jeunes adultes NPO 3, Father’s Pride réussit à première vue une concentration de clichés assez record, offrant une tribune aux réflexions des pères aussi inattendues que «Deux hommes ensemble, ce n’est pas normal» face à des fils qui forcément crient très fort en apercevant un cafard... Et la destination finale: la Gay Pride de Buenos Aires. Se transformera t-elle en Father's Pride? L’émission se veut comme la continuité de Coming out, explique à 20 Minutes Bertrand Villegas de The Wit: une émission qui permet depuis quatre ans à des jeunes de révéler leur orientation sexuelle à leur famille, animée par le même présentateur militant. 
     

  • La plus «Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple». Prenez des candidats en binôme. Jetez-les dans les bois au milieu d’obstacles et d’attractions, mais en proposant à l’un d’eux un magnifique costume d’animal sauvage (un lapin, une chouette, un canard), aussi encombrant qu’une mascotte, et au travers duquel il ne peut rien voir. Maintenant faites-le courir à travers les troncs d’arbre. Malgré les efforts de son binôme pour le guider, il s’en prend deux sur trois [vidéo], et ça suffit à rendre le présentateur de Wild Things, lancé en mars en Grande-Bretagne, hilare.
     

Les candidats de l'émission Wild Things sur la chaîne Sky. Wild Things/Sky

  • La plus «Une vie privée, pourquoi faire?». La naissance est dans quelques heures, les futurs parents attendent en salle d’accouchement, fébriles et fatigués, quand soudain… la télé. Il en faut apparemment plus pour effrayer la présentatrice surexcitée de Labor Games - attendu ce mois de mai aux Etats-Unis – ravie de s’inviter au pire moment pour faire gagner des cadeaux aux parents, en déployant dès leur accord obtenu (A «Là, tout de suite ?», elle répond «Vous avez autre chose à faire?») un écran, des néons et trois cameramen pour refaire une beauté à la chambre d’hôpital. «Un moyen facile de placer des produits sponsorisés, des couches, par exemple», note The Wit. Pour une «baby shower» last minute et un brin imposée.