VIDEO. L'antenne de TV5 Monde piratée par un groupe se réclamant de Daesh

MEDIAS La chaîne a dû interrompre sa diffusion pendant 3 heures, dans la nuit...

P.B. avec AFP
— 
La page Facebook de TV5Monde détournée par un groupe se réclamant de Daesh.
La page Facebook de TV5Monde détournée par un groupe se réclamant de Daesh. — CAPTURE D'ECRAN

La cyberattaque a duré plus de trois heures, mercredi soir. Entre 22h00 et 1h00 du matin, l'antenne de TV5Monde a été forcée d'interrompre sa diffusion, et son site Internet, ainsi que ses comptes Twitter et Facebook ont été piratés par des hackers affirmant soutenir Daesh (Organisation de l'Etat islamique, ou EI).

A 6h00, la diffusion avait repris mais le site Internet restait inaccessible, avec un message «Nous sommes actuellement en maintenance». L'accès à la version mobile, à Twitter et à Facebook semblaient rétablis.

«Plus en état d'émettre»

«Nous ne sommes plus en état d'émettre aucune de nos chaînes. Nos sites et nos réseaux sociaux ne sont plus sous notre contrôle et ils affichent tous des revendications de l'Etat islamique», a précisé à l'AFP le directeur général de la chaîne, Yves Bigot. La directrice du numérique, Hélène Zemmour, parle, elle, sur Twitter, d'une attaque «inédite et de grande envergure».

Des documents présentés comme des pièces d'identité et des CV de proches de militaires français impliqués dans les opérations contre l'EI ont été postés sur le compte Facebook de TV5Monde, accompagnés d'un bandeau «cybercaliphate» déjà employé lors de précédentes attaques contre des médias et le commandement militaire US.

Voir la vidéo du patron de TV5:

 

«Soldats de France, tenez-vous à l'écart de l'Etat islamique! Vous avez la chance de sauver vos familles, profitez-en», pouvait-on lire dans un message sur Facebook. «Au nom d'Allah le tout Clément, le très Miséricordieux, le CyberCaliphate continue à mener son cyberjihad contre les ennemis de l'Etat islamiqueÏ», ajoute le texte.

Le message accuse le président français François Hollande d'avoir commis «une faute impardonnable» en menant «une guerre qui ne sert à rien», et affirme que le CyberCalipphate est «en train de rechercher les familles de militaires qui se sont vendus aux Américains».

Trois mois après le cyberdjihad de janvier

A l'automne dernier, plusieurs comptes du commandement militaire US avaient été détournés par des pirates qui utilisaient déjà des bannières «CyberCaliphate». En janvier, tout juste après Charlie Hebdo, 19.000 sites francophones avaient également été touchés, et le journal Le Monde avait été attaqué par des hackers pro-Assad.

Pirater un compte Facebook ou Twitter est relativement facile et banal. En revanche, réussir à interrompre la diffusion d'une chaîne est beaucoup plus compliqué et suggère que les hackers ont réussi à pénétrer le système interne de TV5Monde, sans doute via un vol de mot de passe ou à l'installation d'un logiciel malveillant.

Le groupe de hackers tunisiens Fellaga, très actif ces derniers mois, s'est moqué de l'attaque sur Facebook. Mais selon le site d'infos québécois Breaking3.0, qui les avait interviewés mi-mars, ils ne sont cette fois pas responsables.