VIDEO. Attaque terroriste à Tunis: La couverture télé de BFM et iTélé critiquée

MEDIAS Parce qu'ils ont notamment donné la parole à des touristes retranchés dans le musée du Bardo....

M.P.

— 

Des touristes sont évacués par les forces spéciales des lieux de l'attaque au musée du Bardo à Tunis le 18 mars 2015
Des touristes sont évacués par les forces spéciales des lieux de l'attaque au musée du Bardo à Tunis le 18 mars 2015 — Salah Habibi AFP

Près de deux mois après les attaques terroristes de Paris, les chaînes d’information en continu sont de nouveau sous le feu des critiques pour leur couverture de l'attaque terroriste du musée du Bardo.

Ce que l'on sait de l'attaque terroriste du musée du Bardo

iTélé a par exemple appelé une touriste française, Géraldine, pendant près de quatre minutes, alors qu'elle se trouvait dans le musée dans lequel les assaillants étaient en train de faire feu. Cette femme a alors dévoilé en direct à l’antenne le lieu où elle se cachait avec une quarantaine de personnes, - «nous sommes au troisième étage» - disant entendre «des rafales de tirs». Et la touriste d’ajouter, paniquée: «On s’est tous mis au sol. On est près d’une sorte de balcon avec des vitres», a-t-elle expliqué avant, qu'enfin, la présentatrice télé décide que «la sécurité de Géraldine [les] conduit à arrêter ce témoignage».

«Heu, je suis pas experte mais au vu des tirs, ça m’étonnerait qu’il ny’ ait pas de morts»

Si le téléspectateur voulait zapper sur une autre chaîne d'info pour éviter ce spectacle, il ne pouvait trouver son salut sur BFM TV. La chaîne leader de l'info en continu a interrogé une autre touriste, Fabienne, qui se trouvait dans la même salle que Géraldine. Elle a raconté, en chuchotant. «On a entendu des coups de feu à l’intérieur. On est retranchés dans une salle. Tout le monde est assis par terre. J’ai pas l’habitude d’entendre des coups de feu, c’est très impressionnant», ajoutant qu’il y avait des «blessés». «D’accord, il y a des blessés près de vous, vous savez aussi s’il y a des morts?», a alors embrayé la journaliste. «Heu, je suis pas experte mais au vu des tirs, ça m’étonnerait qu’il n'y ait pas de morts», a-t-elle rétorqué.

Des scènes qui n'ont pas manqué de faire réagir sur Twitter:

Des critiques qui rappellent celles lors des attaques terroristes de Paris, lorsque plusieurs chaînes s'étaient fait taper sur les doigts pour manquement à l'éthique pour avoir révélé la position d'otages. Le CSA avait mis en demeure les chaînes de «ne plus renouveler de tels manquements à l’ordre public», car ces révélations «étaient susceptibles de menacer gravement la sécurité des personnes retenues dans les lieux».

En réponse, l'ensemble des chaînes d'info avaient rétorqué dans un communiqué commun que «l'information est menacée».  «La liberté de la presse est un droit constitutionnel. Les journalistes ont le devoir d'informer avec rigueur et précision. Le CSA nous reproche notamment d'avoir potentiellement "attenté à l'ordre public" ou pris le risque "d'alimenter les tensions au sein de la population". Nous le contestons», avaient expliqué les patrons de TF1, France 2, France 3, France 24, BFMTV, iTELE, LCI, Euronews, France Inter, France Info, RTL, Europe 1, RMC et RFI.