Cybercensure: Comment RSF a réussi son opération contre 9 pays «ennemis d’Internet»

CYBERACTIVISME L’opération «Collateral Freedom» de RSF est un succès. Des sites d’information ont été rendus accessibles en Russie, en Chine ou à Cuba…

Alice Coffin avec AFP

— 

Le logo de l'opération Collateral Freedom de RSF
Le logo de l'opération Collateral Freedom de RSF — Capture d'écran RSF

Cyberactivisme contre cybercensure. L’association Reporters sans frontières (RSF) vient de réussir un coup de maître contre 11 pays «ennemis d’Internet». A l’occasion, le 12 mars, de la journée mondiale contre la cybercensure, RSF est parvenu à rendre accessible neuf sites d’information en temps normal censurés dans ses territoires.

L'opération, baptisée «Collateral Freedom» consiste à dupliquer les sites en question et héberger chaque copie sur des services d'hébergement informatique dans le nuage («cloud» ou l'informatique dématérialisée) tels qu'Amazon, Microsoft ou Google, explique RSF.

Pour les pays visés, «rendre Amazon ou Microsoft ou n'importe quel fournisseur majeur de service de Cloud Computing inaccessibles revient à priver plusieurs milliers d'entreprises de technologies qu'elles utilisent au quotidien», poursuit l'ONG.

Utilisation de sites miroirs comme Amazon ou Google

«Le coût du blocage de ces sites miroirs serait donc économiquement et politiquement très élevé pour les pays ennemis d'Internet», conclut Reporters sans frontières, qui a mené cette opération avec l'ONG chinoise GretFire et qui maintiendra ces copies «plusieurs mois».

Les neuf sites d'information débloqués sont : Grani.ru en Russie, Fergananews au Kazakhstan, en Ouzbékistan et au Turkménistan, The Tibet Post et Mingjing News en Chine,  Dan Lam Bao au Vietnam, Hablemos Press à Cuba, Gooya News en Iran ainsi que le Gulf Center for Human Rights aux Emirats arabes unis et le Bahrain Mirror au Bahreïn et en Arabie saoudite.

Les adresses sécurisées des « sites miroirs » sont disponibles sur http://12mars.rsf.org/2015-fr.

Selon les vérifications opérées par le bureau de l'AFP à Moscou, les sites Grani.ru et Fergananews étaient bien visibles jeudi en Russie par le biais des adresses fournies par RSF.