Le groupe Webedia se voit qualifier de «réussite française» par François Hollande

MEDIAS Webedia, qui possède déjà une quinzaine de sites thématiques, est l'un des groupes numériques français les plus actifs...

20 Minutes avec AFP

— 

Allociné, jeuvideo.com, millenium.org et PureMedias, quatre sites de Webedia.
Allociné, jeuvideo.com, millenium.org et PureMedias, quatre sites de Webedia. — captures d'écran

François Hollande a salué mardi en Webedia (Allociné, jeuxvideo.com, purepeople, 750g...) une «réussite française», au moment où lui-même insiste sur les «signes de reprise économique» en France.

«Je suis ici dans un moment où j'insiste sur les réussites de l'économie française, où l'économie française montre des signes de reprise, pas dans tous les secteurs, mais ici, c'est plus qu'une reprise, c'est une accélération», s'est-il félicité lors d'une visite du site parisien du groupe numérique.

Une entreprise qui a créé 800 emplois en deux ans

«Ma passion, c'est de mettre davantage de croissance qu'il y en a aujourd'hui et le numérique peut être un outil à condition que nous puissions maîtriser, non seulement la technologie, mais les usages», a-t-il souligné. «C'est pourquoi je voulais venir dans cette entreprise parce qu'elle a créé, en deux ans, 800 emplois» et qu'elle «va en créer 200 de plus» cette année, a poursuivi François Hollande.

Le cinéma, la gastronomie, le tourisme, la culture ou le jeu vidéo

«Vous êtes déjà leader mondial», a encore souligné le chef de l'Etat, saluant une «entreprise jeune» et « une réussite française qui est capable d'être demain la plus grande entreprise au monde sur un certain nombre de secteurs». François Hollande a évoqué les nouvelles technologies, le cinéma, la gastronomie, le tourisme, la culture ou le jeu vidéo. «Nous devons être les meilleurs sur ces secteurs-là», a-t-il martelé.

Webedia, qui possède déjà une quinzaine de sites thématiques, est l'un des groupes numériques français les plus actifs, avec 100 millions d'euros de chiffre d'affaires prévu en 2015. Le groupe a été acquis en 2013 par Fimalac, la holding de Marc Ladreit de Lacharrière, qui conduisait la visite du président.