«Les Jours»: Un nouveau site d'info lancé par des anciens de «Libération»

MEDIAS Ce nouveau média devrait être en ligne au cours du deuxième semestre, sur un modèle payant...

J.M.

— 

Le logo du média
Le logo du média — capture d'écran

Depuis quelques jours, ces journalistes arboraient un mystérieux logo sur leur compte Twitter. Un hameçon? Une virgule mal embouchée? Un bout de cintre? Ce mardi, les interrogations ont été levées. Il fallait lire les lettres majuscules L et J. « LJ », pour Les Jours, un nouveau site d’information en ligne lancé en partie par des transfuges de Libération, après le plan massif de départs volontaires en 2014.

Sur le site dédié qui a ouvert ce mardi, Les Jours précisent leur intention: «Face au torrent des infos éphémères, Les Jours, c’est le nouveau média en ligne qui creuse ses obsessions au cœur de l’actualité et ne les lâche pas. Les Jours défendent un journalisme singulier, curieux, tenace, emmené par des têtes de pioche.» Parmi ces têtes de pioche, on recense les journalistes suivants: Olivier Bertrand, Nicolas Cori, Sophian Fanen, Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts (surnommés les «Garriberts»), Antoine Guiral et Charlotte Rotman.

Des informations traitées sous forme d'«obsessions»

A l’origine de leur décision de créér ce site, un constat: «Nous sommes noyés sous un flot d'actualités copiées-collées d’un site à l’autre, pris dans une course vaine à l’immédiateté, menacés d’asphyxie médiatique.» Et donc le désir de traiter l'actualité sous formes d'«obsessions». «Nos obsessions, ce sont des thèmes choisis, urgents et profonds, qu’on agrippe et qu’on ne lâche pas, au-delà du temps médiatique», explique le média dans une newsletter.

Vingt rédacteurs à plein temps

Niché dans le Xe arrondissement parisien, ce pure-player compte également l’entrepreneur Augustin Naepels, ancien salarié de la billetterie en ligne Moxity, qui pourrait occuper le poste de directeur financier. Selon Télérama, qui a consacré un article à ce nouveau média, au final, «Les Jours se lanceront avec vingt rédacteurs à plein temps, cinq pigistes et cinq "fonctions support" (webmaster, etc.)».

Un prix encore flou

Ce média en ligne sera uniquement payant, sur le modèle de Mediapart: de 8 à 10 euros par mois, est-il évoqué, Les Jours souhaitant «atteindre 25.000 abonnements, d’ici à trois ans, pour un budget de fonctionnement de 2,5 millions d’euros». Pourquoi faudra-t-il mettre la main à la poche? «Nous sommes convaincus que seul le modèle payant, avec des lecteurs prêts à s’abonner pour nous lire, garantit une indépendance éditoriale et évite les dérives liées à la course à l'audience. L’information de qualité a un prix», est-il également précisé dans la newsletter. Ce nouveau média sera lancé dans le courant du deuxième semestre 2015.