Vidéo à la demande: Popcorn Time inquiète Netflix

HIGH-TECH La plateforme pirate de streaming est officiellement désignée comme une menace par les dirigeants de la société américaine de vidéo à la demande...

20 Minutes avec agence

— 

Popcorn Time, un logiciel de streaming qui propose des contenus pour la plupart illégaux.
Popcorn Time, un logiciel de streaming qui propose des contenus pour la plupart illégaux. — DR

Dans un courrier récemment adressé à ses actionnaires, le PDG de Netflix, Reed Hastings, a tenu à les alerter d'une menace qui prend énormément d'ampleur et qui pourrait donc compromettre la croissance de la société américaine de vidéo à la demande: la popularité de Popcorn Time, cette plateforme de streaming illégal apparue voici un an.

Hastings expose notamment le fait qu'aux Pays-Bas, Popcorn Time fait aujourd'hui l'objet d'un nombre de requêtes équivalent à celui de Netflix sur Google... De quoi inquiéter la société qui vient pourtant de communiquer des résultats exceptionnels pour l'année 2014: un chiffre d'affaires en augmentation de 26% à 5,5 milliards de dollars, un bénéfice net ayant plus que doublé à 267 millions de dollars, et un nombre d'abonnés en progression de 13 millions, pour atteindre 57 millions.

Gratuité, large catalogue et ergonomie

Mais face à ce rouleau compresseur de la VoD, Popcorn Time dispose d'atouts majeurs: en plus de son illégalité -et donc de la gratuité totale de son service-, la plateforme propose une offre de contenus très conséquente et s'avère, en outre, hyper ergonomique dans son utilisation, au contraire de la plupart des autres sites pirates. Alors que les services payants, tels que Netflix, mais aussi HBO, ou, pour la France, CanalPlay, pouvaient jusqu'alors miser sur leur confort d'usage et leur large catalogue pour justifier leur prix, Popcorn Time vient aujourd'hui contredire cet état de fait. Ce qui expliquerait, en partie, que Netflix ne cartonne pas autant que prévu en France. 

Reste que l'ennemi de Netflix, mais aussi d'Hollywood, ou encore, plus prosaïquement, de la loi, demeure bien évidemment interdit (l'actuel Popcorn Time est d'ailleurs un «héritage» de son site originel, aujourd'hui fermé). Ses usagers s'exposent donc aux habituelles poursuites...