La télé migratoire

— 

La plate-forme Virtual Me, issue d'un partenariat Endemol et Electronic Arts
La plate-forme Virtual Me, issue d'un partenariat Endemol et Electronic Arts — DR

«Les gens passent plus de temps sur le Net qu'à regarder la télévision», dit-on chez Endemol, la société de production qui fabrique des programmes comme «Fear Factor», «On ne peut pas plaire à tout le monde» ou «Loft Story».
Un constat vertigineux pour qui fait son business à la télévision. Mais Endemol a plus d’une idée dans sa besace. Puisque les téléspectateurs désertent, la société lance désormais une opération de dragouille massive envers les communautés virtuelles, les internautes et les adeptes de jeux vidéo.

Première cible: les internautes

Pour la septième édition de la «Star Academy», prévue à la rentrée 2007, une nouveauté: le casting traditionnel à travers la France se double d’un casting sur le web. Les candidats peuvent désormais postuler en envoyant leurs vidéos. En ligne, cela ressemble parfois au bêtisier de «La Nouvelle Star», l’émission concurrente sur M6, et la comparaison n’est sans doute pas étrangère à l’initiative.

Seconde cible: les joueurs de jeux vidéo
En partenariat avec Electronic Arts, l’éditeur leader de jeux vidéo (dont «Les Sims» ou «Fifa»), Endemol lance une plateforme virtuelle de type Second Life, baptisée «Virtual Me» (accessible dans quelques mois). Dans cet environnement en ligne et en 3D, des avatars pourront participer à des émissions de télé… virtuelles, comme «Un contre 100» ou «Star Academy».
 
Que ceux qui avaient échoué aux castings en chair et os des «Loft Story» se rassurent: votre représentation virtuelle a une seconde chance d’en être.