Radio France prévoit un déficit de 21,3 millions d'euros en 2015

MEDIAS C'est une première dans l'histoire du groupe de radios publiques, dont le budget 2014 a été voté à l'équilibre... 

20 Minutes avec AFP
— 
Mathieu Gallet, PDG de Radio France, le 27 août 2014
Mathieu Gallet, PDG de Radio France, le 27 août 2014 — MARTIN BUREAU / AFP

Radio France a indiqué mardi que son budget 2015 serait déficitaire de 21,3 millions d'euros, une première dans l'histoire du groupe de radios publiques, dont le budget 2014 a été voté à l'équilibre.

Début décembre, le président du groupe Mathieu Gallet avait déjà averti qu'il prévoyait pour 2015 un déficit d'environ 20 millions d'euros, après un déficit d'exploitation qui pourrait atteindre 5 millions d'euros pour 2014. Radio France présentera jeudi ce budget 2015 déficitaire à son conseil d'administration.

Le budget de 2014 avait été voté à l'équilibre, à 660,3 millions d'euros en recettes et en dépenses. Mais depuis 2012, l'entreprise publique a subi une baisse de près de 9 millions d'euros de ses recettes, qui proviennent à 90% de la contribution à l'audiovisuel public (anciennement appelée redevance).

Entre 2012 et 2015, le montant perçu par Radio France au titre de la redevance devrait ainsi baisser à 601 millions d'euros par an au lieu de 610 millions en 2012, alors que les charges n'ont pas diminué, également réduite par la déprime du marché publicitaire - une disette que connaît également France Télévisions .

Le groupe est «en péril», estiment les syndicats

Les syndicats ont estimé dans un communiqué mardi que le groupe était «en péril» et que «le premier responsable de cette situation inédite est l'Etat, qui n'a pas respecté le contrat d'objectifs et de moyens (2010-2014)» en «amputant les budgets de Radio France de 87,5 millions d'euros par rapport à ses engagements».

Autre coût imprévu, «la dérive permanente du coût du chantier de la Maison de la Radio à Paris», accusent-ils dans un communiqué.

«Les missions de Radio France compromises»

«Désormais les missions de Radio France - informer, éduquer, divertir - se trouvent compromises», s'inquiètent-ils. «L'entreprise décide cette année de diminuer de manière drastique les budgets consacrés aux antennes. En 2015 les auditeurs de France Inter, France Info, France Bleu, France Culture, France Musique, FIP, Mouv, le public des orchestres et du choeur vont être les premiers lésés», concluent les syndicats.

Radio France négocie actuellement avec le gouvernement son nouveau contrat d'objectifs et de moyens (DOM), pour la période 2015-2019.

Mathieu Gallet avait souligné en décembre que «le modèle actuel ne tient plus, compte tenu de l'augmentation de notre masse salariale» et évoquait des choix d'économies «structurants».