Le prochain numéro de «Charlie Hebdo» sera 100% Charlie

PRESSE Le prochain numéro dit «des survivants» de «Charlie Hebdo» paraîtra mercredi…

Benjamin Chapon

— 

French cartoonist Luz arrives to attend a meeting gathering editorial staff of French satirical weekly newspaper Charlie Hebdo and Liberation, on January 9, 2015 in Paris, after a deadly attack that occurred on January 7 by armed gunmen on the Paris offices of Charlie Hebdo.  Two brothers suspected of slaughtering 12 people in the attack held one person hostage Friday as police cornered the gunmen northeast of the capital. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY Lancer le diaporama
French cartoonist Luz arrives to attend a meeting gathering editorial staff of French satirical weekly newspaper Charlie Hebdo and Liberation, on January 9, 2015 in Paris, after a deadly attack that occurred on January 7 by armed gunmen on the Paris offices of Charlie Hebdo. Two brothers suspected of slaughtering 12 people in the attack held one person hostage Friday as police cornered the gunmen northeast of the capital. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY — BERTRAND GUAY/AFP

Une semaine jour pour jour après l’attaque terroriste qui a frappé la rédaction de Charlie Hebdo et causé la mort de douze personnes dont cinq dessinateurs, un nouveau numéro de l’hebdomadaire paraîtra mercredi.

Ce numéro, dit «des survivants», sera tiré à 1 million d'exemplaires et distribué en France et à l'international. Il sera «traduit en 16 langues», a précisé l'urgentiste-chroniqueur Patrick Pelloux, au micro de France Info. Par ailleurs le directeur financier de Charlie Hebdo, Eric Portheault, a indiqué à l’AFP qu’il serait réalisé «uniquement avec des gens de Charlie Hebdo», venant contredire des rumeurs de participations de dessinateurs extérieurs comme Plantu ou Siné.

Une liberté totale

L'avocat de Charlie Hebdo, Richard Malka, avait pour sa part laissé entendre que ce numéro comprendrait des caricatures de Mahomet, comme d'autres numéros du journal, et continuerait à se moquer de toutes les religions, pour «ne rien céder».

Le dessinateur Luz a précisé sur France Inter lundi matin qu’ils allaient «essayer d’utiliser cette liberté-là, parce que pas grand monde va oser nous faire des procès.»