VIDEO. Les Golden Globes se moquent de la Corée du Nord

CINEMA Les deux présentatrices de la soirée sont revenues sur le piratage de Sony, attribué à Pyongyang, de manière un peu lourde pour certains...

Mathias Cena

— 

L'actrice Margaret Cho, déguisée en officier nord-coréen, se fait prendre en photo avec Meryl Streep pendant la cérémonie des Golden Globes, le 11 janvier 2015.
L'actrice Margaret Cho, déguisée en officier nord-coréen, se fait prendre en photo avec Meryl Streep pendant la cérémonie des Golden Globes, le 11 janvier 2015. — Capture d'écran/20 MINUTES

La référence était attendue, elle est arrivée dès les premières secondes de la cérémonie. Dimanche soir, les présentatrices des Golden Globes, les actrices et humoristes Tina Fey et Amy Poehler, ont évoqué le piratage subi par Sony, qui avait notamment perturbé la sortie du film The Interview, dans lequel Seth Rogen et James Franco incarnent deux reporters chargés par la CIA d’assassiner le dictateur nord-coréen Kim Jong-un.

Retrouvez la vidéo originale en cliquant ici.

«Ce soir, nous célébrons tous les films que nous connaissons et aimons, et aussi tous ceux qui ne posaient pas de problème à la Corée du Nord», glisse Tina Fey en guise d’introduction à une running joke [une blague récurrente] qui va durer toute la soirée au sujet du pays communiste, à qui est attribué le piratage de Sony.

«La plus grosse affaire à Hollywood cette année, renchérit Amy Poehler, c’est quand la Corée du Nord a menacé d’une attaque si Sony sortait The Interview. «Ça nous a forcés à prétendre qu’on avait envie de le voir.»

Stéréotype d’accent asiatique

Ou encore: «La Corée du Nord a décrit The Interview comme "absolument intolérable" et "un acte de terrorisme". Bizarrement, ce n’est pas la plus mauvaise critique que le film ait reçue», poursuit Tina Fey.

Plus tard, l’actrice Margaret Cho, d’origine coréenne, fait une apparition sur scène, le visage poudré et les cheveux serrés dans un chignon, affublée d’un uniforme militaire et parlant avec un stéréotype d’accent asiatique. Elle se dirige vers Meryl Streep, assise dans le public, la menaçant de publier des «emails embarrassants» si elle refuse de poser pour une photo. Tout cela rappelant de manière efficace, sinon subtile, le vol de données subi par Sony.

(Images: NBC, via Mashable)

Sur Twitter, les réactions étaient mitigées:

«J’adore Tina et Amy et je les adore quand elles sont ensemble, mais je n’ai pas adoré les blagues sur la Corée du Nord.»

«Je vais être un peu dur. Les blagues sur la Corée du Nord commencent non seulement à être datées, elles sont aussi stupides et pas originales.»

Certains les ont même trouvées racistes:

Finalement, le président de l'Association hollywoodienne de la presse étrangère (l'organisateur de la soirée), Theo Kingma, est venu exprimer de façon plus sérieuse que la liberté d’expression artistique fait «non seulement partie intégrante de l’Amérique, mais est une lumière qui éclaire le monde entier», ajoutant: «nous nous tiendrons unis contre quiconque veut museler la liberté d’expression, où que ce soit, de la Corée du Nord à Paris», avant d’être acclamé par une ovation debout.