Attaque à «Charlie Hebdo»: Trente patrons de médias s’associent au journal dans une tribune

MEDIAS Les responsables de plusieurs groupes de médias français rendent hommage ensemble aux douze victimes de l’attentat de mercredi…  

A.G.

— 

Une de «Charlie Hebdo»
Une de «Charlie Hebdo» — http://www.charliehebdo.fr/

Ils sont Charlie. Trente-trois patrons de groupes de médias ont signé ensemble une tribune ce jeudi pour faire part de leur émoi après la fusillade meurtrière dans les locaux de Charlie Hebdo mercredi matin. Parmi eux, Christopher Baldelli (RTL), Christophe Barbier (L’Express), Jérôme Bellay (Le Journal du dimanche), Véronique Cayla (Arte), Matthieu Croissandeau (L’Obs), Nicolas de Tavernost (M6), Louis Dreyfus (Le Monde), Emmanuel Hoog (AFP) ou encore Rémy Pflimlin (France Télévisions).

«Au nom de tous les groupes de médias de France, nous adressons à nos confrères, à leurs familles, à ceux qui sont morts pour les protéger et à toute l'équipe de Charlie Hebdo nos pensées les plus émues», ont écrit ces responsables de grands groupes de médias français. «A travers eux, c'est la liberté de la presse et, plus encore, l'esprit de liberté qui sont touchés en plein cœur. La presse satirique bouscule, éveille et agite les consciences. Elle nous invite par l'humour à mieux déjouer les sectarismes et les fondamentalismes. Ceux qui sont morts hier plaçaient le rire au cœur de nos vies pour nous rendre plus libres.» 

Les patrons ont tenu à affirmer qu’ils ne cèderaient «ni à la menace, ni à la terreur» et promettent de ne pas laisser le silence s’installer. «Nous devons être mobilisés toutes et toutes pour défendre la liberté de la presse», peut-on lire dans leur tribune après un appel à «mettre en place les moyens humains et matériels nécessaires pour que Charlie Hebdo continue de vivre». 

Parution la semaine prochaine

Le journal satirique sera en kiosque la semaine prochaine pour respecter même si sa rédaction a été décimée par l’attaque terroriste qui a fait douze morts. Charlie sera tiré à un million d’exemplaires, contre 60.000 habituellement. Le numéro sera de huit pages (au lieu des 16 habituelles) et l’équipe sera hébergée par Libération. Mercredi après-midi sur Europe 1, le co-fondateur du quotidien, Serge July,  avait déjà lancé un appel à tous les médias, avant que Le Monde, Radio France et France Télévisions annoncent par un communiqué qu’ils mettaient l’ensemble de leurs moyens humains et matériels à disposition de Charlie Hebdo.