Charlie Hebdo: La presse endeuillée dénonce la barbarie

TERRORISME Les journaux français et étrangers condamnent de façon unanime l'attentat qui a fait douze morts au siège de l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

M.C.

— 

Un employé contrôle l'édition d'un quotidien régional espagnol qui titre sur l'augmentation de la vigilance à la suite de l'attentat contre Charlie Hebdo, le 8 janvier 2015.
Un employé contrôle l'édition d'un quotidien régional espagnol qui titre sur l'augmentation de la vigilance à la suite de l'attentat contre Charlie Hebdo, le 8 janvier 2015. — Alvaro Barrientos/AP/SIPA

La presse se couvre de noir ce jeudi matin pour dénoncer la «Barbarie», une «Guerre contre la liberté» ou un «Chantage répugnant», après le sanglant attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo.

>> Revivez les événements de mercredi heure par heure

Le mot «Barbarie» barre ainsi la une de l’édition papier de 20 Minutes, en lettres blanches sur fond noir. Mêmes tons chez Libération, qui titre «Nous sommes tous Charlie». La mention, brandie par de nombreux manifestants lors de rassemblements mercredi soir, se retrouve très souvent en manchette des quotidiens. «La liberté assassinée», clame de son côté Le Figaro qui publie les photos de six des douze victimes: les dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski et le chroniqueur Bernard Maris.

Le quotidien Les Echos appelle lui à faire «Face à la barbarie» et publie le dernier dessin de Charb. L'éditorial s'en prend à «des salauds cagoulés (qui) ont déclaré la guerre à la France, à notre démocratie, à nos valeurs».

La presse internationale n’est pas en reste. En Belgique, le journal économique L'Echo titre ainsi «Tous des Charlie», en reproduisant 17 unes de Charlie Hebdo. Son jumeau néerlandophone De Tijd, plus sobre, présente une première page presque entièrement noire avec les mots «Je suis Charlie», en français.

«Attaque contre la liberté»

Dans la presse britannique, le Daily Mail et le Daily Telegraph titrent tous les deux en une «La guerre contre la liberté», avec une photo de l'attentat montrant deux agresseurs pointant leurs armes contre un policier gisant sur le sol. Dans la même veine, le Times affiche en une «Attaque contre la liberté» et le Guardian «Assaut contre la démocratie».

Le Guardian relève dans son éditorial que les journalistes de Charlie Hebdo, qui se sont toujours moqués du christianisme, «n'ont jamais vu de raison particulière de montrer plus de déférence vis-à-vis d'autres religions». «L'attaque contre les journalistes de Charlie Hebdo cible le cœur de la démocratie - la liberté de la presse», écrit sur son site internet le quotidien conservateur allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, estimant que, dans la lutte contre le terrorisme, «il ne faut pas reculer».

«Les caricatures ne sont coupables de rien, ni les blagues»

Le journal danois Berlingske affiche en une un dessin représentant une feuille de papier blanche sur laquelle «Charlie Hebdo» est écrit en noir, entouré des impacts de 12 balles, en référence aux 12 morts.

En Espagne, un éditorial publié sur le site internet de la radio Cadena Ser énonce que «les caricatures ne sont coupables de rien, ni les blagues, ni le dernier livre de (l'écrivain français Michel) Houellebecq qui pronostique une France islamiste en 2022. Non, ne nous trompons pas de remède: la solution n'est pas de mutiler les libertés, mais de combattre le fanatisme, la haine irrationnelle, l'obscurantisme et l'ignorance».