Piratage informatique d'un partenaire commercial de TF1.fr

HACKERS Selon le site spécialisé dans la sécurité informatique zataz.com qui a publié l'information vendredi, des pirates affirment avoir dérobé les données de «1,9 million de clients», adresses mail, mots de passe et données bancaires, en passant par TF1.fr.

T.L.G.

— 

Le siège de la chaîne TF1, à Boulogne-Billancourt
Le siège de la chaîne TF1, à Boulogne-Billancourt — Joel Saget AFP

Nouveau piratage informatique. Après l’attaque de Sony par la Corée du Nord, c'est TF1 qui a été victime d’un vol de données, révèle Zataz Mag, un site spécialisé dans la sécurité informatique. «Notre but est de défier les sociétés victimes de nos piratages, qu’ils se rendent compte de leurs erreurs», ont indiqué les pirates du groupe Linker Squad, dans un mail adressé à l’un des journalistes de la rédaction.

Ces hackers auraient ainsi réussi à dérober 1.9 millions d’informations confidentielles appartenant à des clients du service d’abonnement de TF1, et plus précisément son espace «magazines», qui permet d’acquérir des journaux ou de s’abonner à des périodiques comme le Point, les Inrocks, ou Time magazine.

Le journaliste indique avoir reçu pour preuves des captures d’écrans d’adresses mails, de mots de passes, de données bancaires sous forme de RIB, de la part des pirates. «Les données que nous détenons (…) seront sûrement revendues», ont-ils indiqué.

TF1 a «demandé la suppression du site»

TF1 a affirmé qu'il n'y avait pas de «piratage des données de TF1.fr, mais piratage d'un partenaire commercial de TF1.fr», Viapresse, à qui la chaîne a renvoyé la responsabilité de l'incident. «Cela affecte les abonnés de ce prestataire, qui a une vitrine sur TF1.fr et qui propose des abonnements à des magazines, c'est vraiment lui qui est engagé, c'est sa gestion de ses abonnements», a indiqué une porte-parole de la chaîne à l'AFP.

TF1 n'a pas confirmé les informations de zataz.com, mais précisé que le partenaire «a pris en charge l'incident dès sa détection en liaison avec les équipes de TF1» et qu'«à aucun moment, les données des internautes inscrits à TF1.fr et gérées par TF1 n'ont été exposées, ni piratées». La chaîne a indiqué avoir «demandé la suppression du site» et l'url (adresse internet) gérée par le prestataire n'était plus active samedi à la mi-journée.

«Nous règlerons nos différents avec le partenaire défaillant dans le cadre du secret des affaires. Il va sans dire que TF1 défendra ses intérêts à la hauteur du préjudice subi», a indiqué dans un mail Olivier Abecassis, directeur général d'eTF1. Viapresse n'était pas disponible immédiatement pour commenter le piratage.

Les pirates, eux, «ne sont pas des espions ni des professionnels. On a affaire à des jeunes qui sont bons avec un moteur de recherche, possèdent deux ou trois logiciels. Pour pirater une base de données désormais il suffit d'un peu de jugeote», explique le journaliste de Zataz Mag, Damien Bancal, interrogé par L'Express. Les pirates risquent jusqu’à 5 ans de prison ferme et 350.000 euros d’amende.