Prix des journaux: Quels sont les quotidiens qui augmenteront en janvier?

PRESSE Le prix des quotidiens ne résiste pas à la traditionnelle hausse de janvier …

avec AFP

— 

Kiosque à journaux dans le dixième arrondissement de Paris
Kiosque à journaux dans le dixième arrondissement de Paris — Chesnot / sipa

Le Monde, le Figaro, Libération et Le Parisien vont augmenter leurs prix de vente au numéro de 10 à 20 centimes début janvier, alors que les ventes en kiosque de tous les quotidiens continuent de chuter.

Le Monde va passer de 2 à 2,20 euros, Le Figaro de 1,80 à 2,00, Libération de 1,70 à 1,80 et Le Parisien de 1,10 à 1,20 euro, ont indiqué les journaux à l'AFP. Les numéros du week-end augmenteront également, mais ces hausses ne concernent généralement pas les abonnements.

Décline des ventes en kiosque

Ces augmentations de prix, devenues récurrentes ces dernières années, visent à compenser le déclin des ventes en kiosque, qui s'est poursuivie en 2014. Ces hausses bénéficieront aussi à la chaîne de distribution (points de vente, distributeurs), qui touche environ un tiers des recettes, mais avec le risque de décourager les lecteurs.

Les ventes au numéro de tous les quotidiens ont encore baissé cette année. Le plus touché, Libération, a subi un recul de 19% en moyenne entre novembre 2013 et octobre 2014, pour tomber à 27.000 exemplaires en octobre.

Le Monde a vu ses ventes en kiosque baisser de 11,51% sur la même période, pour tomber à 65.500 exemplaires en octobre. Celles du Figaro ont reculé de 10,82%, à 75.400 en octobre et Le Parisien de 8,6%, à 113.000 en octobre.

La Croix, qui maintiendra son prix de 1,60 euro mais vend surtout par abonnement, a elle aussi perdu 12,52% de ses ventes en kiosque, à 4.600 exemplaires en octobre. Idem pour Les Echos, qui recule de 13,65% en moyenne, mais est remonté à 17.900 exemplaires en octobre. Aujourd'hui en France a lui vu ses ventes en kiosque reculer de 6,42%, à 141.000 exemplaires en octobre.

Le Figaro, Le Monde et Les Echos ont cependant réussi à compenser la baisse des ventes en kiosque par une hausse des exemplaires numériques, et pu ainsi stabiliser voire accroître leurs ventes totales.

Ainsi, sur la période novembre 2013-octobre 2014, les ventes totales (abonnements, vente au numéro et numérique) des Echos étaient en hausse de 2% à 124.800 exemplaires, celles du Figaro de 1,02% à 317.000 exemplaires, tandis que celles du Monde se maintenaient (-0,53%) à 274.000.

Autre quotidien qui résiste à la crise, grâce à des abonnés fidèles, La Croix, dont les ventes totales n'ont reculé que de 1,69%, à 93.237 exemplaires.

En revanche, les ventes totales de Libération, où les ventes numériques restent marginales, ont diminué de 7,45% sur cette période, revenant à 95.000 exemplaires en moyenne. Idem pour le Parisien, dont les ventes globales ont diminué de 7,78%, à 233.000, et Aujourd'hui en France, en recul de 7,65% à 150.000 exemplaires en moyenne. En 2013, tous les quotidiens avaient vu leurs ventes totales reculer, sauf Les Echos et La Croix, stables.

Les plus fortes baisses concernaient déjà Libération, dont les ventes en France avaient chuté de 14,9% par rapport à 2012, Aujourd'hui en France (-10,28%) et Le Parisien (-8,82%). En revanche, Le Monde avait mieux résisté (-4,44%), tout comme Le Figaro, en recul de seulement 1,88%. Le journal Les Echos affichait lui une légère hausse de ses ventes (+0,74%), tout comme La Croix (+0,81%).

Par ailleurs, la baisse de la diffusion des quotidiens nationaux se cumule cette année encore à une contraction des recettes publicitaires. Sur les trois premiers trimestres de l'année, les revenus publicitaires de ces titres (hors internet et gratuits) ont reculé de 8,6% par rapport à la même période de l'an dernier, passant de 159 à 145 millions d'euros, selon les chiffres de l'Institut de recherches et d'études publicitaires (Irep).