RTL maintient Zemmour à l'antenne en dépit de la polémique

POLEMIQUE ITélé a au contraire décidé d'interrompre l'émission dans laquelle Eric Zemmour officiait après la polémique suscitée par ses propos sur les musulmans...

20 Minutes avec AFP

— 

Eric Zemmour, ecrivain, essayiste et journaliste francais.
Chaque jeudi soir en seconde partie de soiree sur France 5, Franz-Olivier Giesbert, accompagne des editorialistes Mazarine Pingeot, Eliette Abecassis et Geraldine Muhlmann, recoit des politiques et des intellectuels pour debattre d'une question de societe.
Photographies realisees le 29 octobre 2014.
Paris, FRANCE-le 20/12/14/BALTEL_121307/Credit:BALTEL/SIPA/1412211238
Eric Zemmour, ecrivain, essayiste et journaliste francais. Chaque jeudi soir en seconde partie de soiree sur France 5, Franz-Olivier Giesbert, accompagne des editorialistes Mazarine Pingeot, Eliette Abecassis et Geraldine Muhlmann, recoit des politiques et des intellectuels pour debattre d'une question de societe. Photographies realisees le 29 octobre 2014. Paris, FRANCE-le 20/12/14/BALTEL_121307/Credit:BALTEL/SIPA/1412211238 — SIPA

RTL a décidé mardi de poursuivre sa collaboration avec Eric Zemmour au nom de la «confrontation des idées», en dépit de la polémique suscitée par ses propos sur les musulmans et des appels de plusieurs associations anti-racistes en faveur de son éviction. Le polémiste continuera à intervenir dans l'émission «On n'est pas forcément d'accord», a annoncé la station.

«La démocratie, c'est accepter et permettre la confrontation des idées», fait valoir RTL dans un communiqué, quatre jours après l'annonce de l'éviction d'Eric Zemmour de iTELE. RTL «ne se laissera jamais dicter ses choix d'antenne, quelles que soient les pressions qu'elle puisse subir», explique la station qui assure ne pas être «une radio partisane». Le chroniqueur collabore depuis janvier 2010 avec RTL. Il est intervenu d'abord quotidiennement pendant deux ans dans l'émission «Z comme Zemmour». Depuis 2012, il participe deux fois par semaine, le mardi et le jeudi, à l'émission quotidienne «On n'est pas forcément d'accord».

Limogé d'iTélé

Habitué des controverses, Eric Zemmour, qui s'enorgueillit d'être le «pourfendeur de la pensée unique», a suscité une nouvelle polémique en déclarant que les musulmans «vivent entre eux, dans les banlieues», banlieues que «les Français ont été obligés de quitter», dans un entretien au journal italien Corriere della Sera. A la suite de ses propos, iTELE a décidé vendredi soir de mettre fin à l'émission «Ca se dispute» à laquelle le polémiste de 56 ans participait depuis dix ans.

>> Le limogeage de Zemmour en cinq tweets

Dès ce week-end, plusieurs voix s'étaient élevées contre cette éviction, venant aussi bien de la présidente du Front national Marine Le Pen, qui a dénoncé une «police de la pensée» et accusé iTELE de «censure», que de l'ancien député européen Daniel Cohn-Bendit ou de Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, au nom de la liberté d'expression. Le magazine Causeur, adepte de la provocation, a aussi lancé lundi une pétition en ligne intitulée «la liberté de Zemmour, c'est notre liberté à tous», pour dénoncer cette décision. Paris Première (groupe M6) a pour sa part annoncé dimanche le maintien de l'émission «Zemmour & Naulleau». Le Figaro, auquel Eric Zemmour collabore également, n'a fait aucun commentaire.

Habitué des dérapages

Le chroniqueur n'en est pas à son premier scandale. Il avait affirmé en mars 2010 sur Canal+ que les Français issus de l'immigration étaient plus contrôlés que les autres «parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes». Il sera condamné en 2011 pour provocation à la discrimination raciale. En 2012, le CSA l'avait rappelé à l'ordre après qu'il eut accusé la ministre de la Justice Christiane Taubira de privilégier les femmes et les mineurs délinquants au détriment des «hommes blancs».

Sur RTL, en mai 2014, il avait encore avancé que «les grandes invasions d'après la chute de Rome, sont désormais remplacées par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d'Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent».

Le dernier livre d'Eric Zemmour, «Le suicide français» où il accuse les élites d'avoir bradé les valeurs de la France, caracole depuis sa sortie en tête des ventes avec plus de 400.000 exemplaires écoulés. Prenant le contrepied des travaux d'historiens, il y affirme aussi que le régime de Vichy a sauvé les juifs français de la déportation en sacrifiant les juifs étrangers.