Eric Zemmour évoque une «guerre civile», l'Observatoire national contre l'islamophobie s'émeut du «déferlement de tant de haine»

POLEMIQUE Le chroniqueur de iTélé et de RTL, auteur du «Suicide français», avait suggéré que la présence des musulmans en France conduirait à la «guerre civile»...

20 Minutes avec AFP
— 
Eric Zemmour, le 30 mars 2014, sur le plateau d'iTélé.
Eric Zemmour, le 30 mars 2014, sur le plateau d'iTélé. — Daniel Bardou

L'Observatoire national contre l'islamophobie s'est insurgé mardi contre des propos du polémiste Eric Zemmour sur la «déportation de musulmans», tout en demandant aux pouvoirs publics ce qu'ils comptaient faire «devant le déferlement de tant de haine».

Cet observatoire, qui dépend du Conseil français du culte musulman (CFCM), l'instance représentative de l'islam de France, condamne dans un communiqué «les propos scandaleux» tenus par le chroniqueur de iTélé et de RTL, auteur du Suicide français, dans une interview au quotidien italien Corriere della Serra.

«Déporter 5 millions de musulmans français? -c'est irréaliste, mais...» 

Dans cet entretien paru le 30 octobre, mais qui n'a un écho en France que depuis un post de blog publié le 15 décembre par le coprésident du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon, Eric Zemmour estime que les musulmans «vivent entre eux, dans les banlieues», que «les Français ont été obligés de les quitter» et que, «cette situation d'un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile».

A la question «Mais alors que suggérez-vous de faire : déporter 5 millions de musulmans français?», le polémiste répond: «Je sais, c'est irréaliste, mais l'histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 qu'un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d'Algérie pour revenir en France?»

«Une litanie de déclarations abjectes»

Pour l'Observatoire contre l'islamophobie, «ces propos viennent s'ajouter à une litanie de déclarations abjectes et sans fondement de ce prêcheur de haine patenté à l'encontre de l'islam et des musulmans».

«Que font les pouvoirs publics devant le déferlement de tant de haine? (...) A quand une déclaration du chef de l'Etat ou des membres de son gouvernement pour dire clairement que le combat contre l'islamophobie», comme celui contre l'antisémitisme et le racisme, «est une cause nationale?» poursuit l'instance musulmane.