«Outing» de Philippot: La «peopolisation» par «Closer» en cinq dates

MEDIAS Après avoir «outé» l’élu FN Florian Philippot, la directrice de «Closer» défend sereinement la «ligne de la peoplisation» suivie par le magazine depuis près de dix ans…

A.L.

— 

no caption
no caption — AFPTV

Closer a «outé» l’élu FN Florian Philippot. La classe politique s’indigne, au nom du «droit à la vie privée», tandis que Laurence Pieau, la directrice de Closer, explique sereinement au micro d’Europe 1: «On est dans la lignée de la peoplisation, qui est quelque chose qu’on fait régulièrement à Closer.» Un an seulement après son arrivée dans les kiosques en 2005, l’hebdo Closer faisait sa toute première incursion sur le terrain de la politique. Depuis, le magazine ne «s’interdit rien et n’épargne personne», comme le veut sa ligne éditoriale depuis sa revente du groupe britannique Emap à l’Italien Mondadori. Sans échapper bien sûr à de nombreuses poursuites judiciaires. 

Août 2006. «Et dire qu’elle a 53 ans!»

«Et dire qu’elle a 53 ans!». Ségolène Royal se retrouve en maillot de bain en une de Closer, qui va jusqu'à commenter sa plastique. Le numéro est écoulé à 700.000 exemplaires et marque l’entrée du Closer sur le terrain de la politique. L’incursion de la presse française sur ce terrain-là remonte à 1994: en publiant les clichés de Mazarine Pingeot, Paris Match était alors le premier journal français à briser le tabou de la vie privée d’un politique. 

Juillet 2007. «Ségolène Royal, il l’a quittée pour elle»

A l’été 2007, Closer avance de trois jours sa parution pour publier les photos de François Hollande, alors premier secrétaire du Parti Socialiste, en compagnie de Valérie Trierweiler sur une plage proche de Tanger, au Maroc. Les photos sont prises au téléobjectif, l’hebdomadaire titre «Ségolène Royal, il l’a quittée pour elle» et désigne Valérie Trierweiler comme une «journaliste dans un célèbre hebdomadaire». Closer se félicite du record du vente du numéro du 28 juillet, vendu à 805.000 exemplaires.

Juin 2012. La séparation de DSK et Anne Sinclair

Un an après l’affaire du Sofitel de New-York, Closer annonce la séparation de DSK et Anne Sinclair. «Quand on a sorti la séparation de DSK et d'Anne Sinclair, trois heures plus tard l'agence Reuters a confirmé l'info en citant des proches - ce n'était pas une confirmation officielle - et l'AFP deux jours après le faisait. On a été condamné, pas eux», relevait Laurence Pieau dans C à vous, en novembre 2012.

Janvier 2014. Les photos de Hollande et Gayet

Quand Closer publie les fameuses photos qui confirment la rumeur de liaison entre François Hollande et Julie Gayet, Laurence Pieau invoque le travail journalistique: la relation se raconte dans les dîners en ville (...), on en rit sur des plateaux télé», dit-elle, ajoutant: «On a fait notre devoir de journaliste». C’est pourtant bien la première fois que la presse française publie des photos volées du président de la République censées illustrer une liaison extraconjugale.  Pour le sociologue des médias Jean-Marie Charon, ce n’est qu’un «retour de bâton» pour les politiques qui se sont eux-mêmes mis en scène. «Le président normal est devenu un people normal», expliquait-il à Télérama. Closer déroule l'affaire sur trois numéros dont les ventes cumulent au total 1,6 million d'exemplaires, selon L'Express

Décembre 2014. L’«outing» de Philippot

Ce vendredi au micro d’Europe 1, la directrice de la rédaction s'en est tenue à son argumentaire habituel, défendant le «droit à la peoplisation» et expliquant ne pas faire de différence, dans le traitement journalistique; entre couples homosexuels et hétérosexuels.