L'image de Jean-Luc Delarue malmenée par son procès

JUSTICE Mauvaise passe. Jean-Luc Delarue comparaît ce matin, selon la procédure du plaider-coupable, devant le tribunal...

Laure de Charette

— 

Mauvaise passe. Jean-Luc Delarue comparaît ce matin, selon la procédure du plaider-coupable, devant le tribunal de Bobigny pour son pétage de plombs aérien du 13 février. Accusé de « violence », « outrage », « agression sexuelle » et « tentative d'entrave à la circulation aérienne », il encourt jusqu'à cinq ans de prison. Aïe ! Les deux avocats de l'animateur, du cabinet Gide, ont tenté de négocier avec les deux hôtesses et le steward agressés, leur proposant des indemnités, en échange du retrait de la plainte. Echec. Tous trois l'ont maintenue, nous a confirmé hier soir le tribunal. « De toute façon, le procureur n'aurait pas abandonné les poursuites. L'infraction reste constituée donc la peine n'est pas négociable », décrypte un avocat. Décidément, ses frasques aériennes risquent de lui coûter cher. En termes d'image aussi. Vendredi, il a annoncé qu'il versera les 15 000 € gagnés dans le procès contre Choc Hebdo - qui avait diffusé une vidéo mettant en scène un sosie - à une association de lutte contre la pédophilie sur Internet. Pas sûr que cela suffise à lui rendre ses galons de gendre idéal.