«Libération» relaxé en appel face aux Laboratoires Servier

MEDIAS Ils poursuivaient en diffamation des articles parus dans le quotidien en 2010 consacré à leur médicament Mediator…

20 Minutes avec AFP

— 

Des plaquettes de Mediator
Des plaquettes de Mediator — Fred Tanneau AFP

Le quotidien Libération a été relaxé en appel ce jeudi contre les Laboratoires Servier, qui poursuivaient en diffamation des articles parus le 23 décembre 2010 consacrés au laboratoire qui commercialisait le Mediator, médicament soupçonné d'avoir fait entre 500 et 2.000 morts.

Laurent Joffrin condamné en première instance

En première instance le 15 novembre 2013, Laurent Joffrin, à l'époque directeur de la publication du journal, avait été condamné à 1.000 euros d'amende, tandis que les quatre journalistes signataires des articles litigieux avaient été condamnés à 400 euros d'amende avec sursis.

Le tribunal correctionnel de Paris les avait en outre condamnés à verser un euro de dommages et intérêts aux laboratoires Servier et 2.500 euros pour les frais de justice. Le journal affirmait que Servier avait «exercé (...) sur plusieurs acteurs du dossier susceptibles de compromettre la commercialisation de l'Isoméride diverses pressions et mesures d'intimidation allant jusqu'aux menaces de mort».

«Représailles» 

Les premiers juges avaient notamment estimé que les passages poursuivis «imputent aux laboratoires de contraindre au silence ses anciens salariés, par la peur qu'ils éprouvent de subir des représailles portant gravement atteinte à leur intérêts professionnels et même à leur vie, et de les empêcher ainsi de révéler les méthodes de fonctionnement et de gestion de l'entreprise».

Les prévenus avaient fait appel et ont obtenu gain de cause devant la cour d'appel de Paris. Les motivations de la décision n'étaient pas immédiatement disponibles ce jeudi.