Evelyne Baylet, ancienne «patronne» de La Dépêche et du Tarn-et-Garonne, est morte

DECES Elle était âgée de 101 ans…

20 Minutes avec AFP

— 

Evelyne Baylet, ancienne présidente du groupe La Dépêche de 1959 à 1995.
Evelyne Baylet, ancienne présidente du groupe La Dépêche de 1959 à 1995. — DELESSARD/NECO/SIPA
Évelyne-Jean Baylet, mère du président du Parti radical de gauche (PRG) Jean-Michel Baylet et ancienne présidente de groupe La Dépêche du Midi de 1959 à 1995, est décédée jeudi à l'âge de 101 ans, a annoncé le Parti radical de gauche (PRG).
 
Elle avait aussi été en 1970 la première femme à accéder à la tête d'un Conseil général en France, dans le fief familial du Tarn-et-Garonne. L'année 1959 marque un tournant dans la vie de cette femme de caractère, née en 1913 à Batna en Algérie dans une famille alsacienne émigrée.
 
Cette année-là, à la mort accidentelle de son mari Jean Baylet, alors maire de Valence d'Agen (Tarn-et-Garonne) et propriétaire de la Dépêche du Midi, Évelyne Baylet décide de reprendre le journal. Elle ajoute alors à son prénom celui de son époux, père de ses trois enfants. Cette même année 1959, elle est élue au Conseil général du Tarn-et-Garonne. Elle y siégera pendant 26 ans et le dirigera pendant 12. Elle succédera également à son mari défunt à la mairie de Valence d'Agen, jusqu'en 1977.

L'un des principaux soutiens de François Mitterrand

 
Au début des années 70, elle prend ses distances avec René Bousquet, secrétaire général à la police du régime de Vichy qui dans les années 1960 travailla comme administrateur au sein du quotidien régional et en inspira la ligne antigaulliste.Évelyne Baylet s'attache quelques années plus tard à favoriser l'implantation de son fils Jean-Michel à la tête du quotidien et dans le paysage politique local. Elle lui laisse la voie libre pour prendre la mairie de Valence d'Agen en 1977, puis un poste de conseiller général en 1985 et enfin la direction de La Dépêche en 1995. Elle fut aussi l'un des principaux soutiens de François Mitterrand lors de sa première candidature à l'Elysée en 1965.

«Figure du radicalisme et du monde de la presse elle a lutté toute sa vie pour défendre les valeurs de la gauche et de la République que ce soit en dirigeant la Dépêche du Midi ou dans le cadre de ses fonctions électives. C’est une aussi une personnalité emblématique du combat pour l’émancipation des femmes qui nous quitte», écrit le Parti radical de Gauche dans un communiqué ce jeudi.
 
Dans son édition en ligne réservée aux abonnés, le quotidien régional saluait jeudi la mémoire de «la patronne» - «une grande dame "intelligente et courageuse" comme l'avait qualifiée François Mitterrand - dont la disparition plonge La Dépêche dans le deuil et l'émotion». Elle assumait encore la direction de publication du journal en 2012, à 99 ans, avant de la céder à son petit-fils Jean-Nicolas Baylet.