Programmer des vieux films, une technique qui fait recette

©2006 20 minutes

— 

Pratique. France 3 diffuse ce soir à 20 h 55 Bons baisers de Russie, tourné en 1963 et programmé mille fois sur les chaînes du PAF, dont TF1 en juillet dernier. Succès d'audience assuré ? « Les gens se délectent des James Bond, passés dans la catégorie culte, indémodables et donc réutilisables à volonté », explique Jean-Louis Missika, sociologue des médias. Les chaînes profitent en outre de ces diffusions multiples pour amortir l'achat des droits.Et les journalistes ? Pour eux aussi, ces films constituent une économie... de temps. « La moitié des articles consacrés à ces classiques dans les pages télé ont déjà été publiés. Les lecteurs les ont lus et oubliés, il n'y a pas tromperie sur la marchandise ! », estime Aurélien Ferenczi, qui signe dans Télérama la critique des aventures de Sean Connery. Difficile en effet d'apporter de nouvelles infos sur un film vu et revu. Alors, pourquoi certains papiers sont-ils réactualisés ? « L'histoire du cinéma n'est pas figée. Un livre peut sortir et apporter un nouvel éclairage. Et puis c'est sain de changer d'avis ! », poursuit le journaliste. Cette fois, 007 n'aura pas changé d'une ride et d'une ligne. C'est beau l'éternelle jeunesse.

L. de C.