Thomas Sotto: «Une matinale mobilise une centaine de journalistes»

VOS QUESTIONS Le présentateur de la matinale d'Europe 1 vous a répondu...

Cédric Garrofé

— 

Thomas Sotto, présentateur de la matinale d'Europe 1, en chat chez 20 Minutes, le 23 septembre 2014

Thomas Sotto, présentateur de la matinale d'Europe 1, en chat chez 20 Minutes, le 23 septembre 2014
 — Charlotte Gonthier/20 Minutes

[Le chat est terminé]

A demain matin? 5h57? Allez, vous allez voir, ça pique un peu au début… Mais on s’y fait très vite!!!

Arturo: Combien de personnes travaillent à la préparation et à la présentation d'une matinale?

C’est l’ensemble de la rédaction qui se mobilise pour la matinale. Une matinale mobilise une centaine de journalistes… Y compris nos correspondants en région et à l’étranger. Il y a aussi les équipes techniques... Ce sont eux les musiciens de l’orchestre… Et sans musiciens, le chef d’orchestre ne retrouve bien seul…  

Arturo: Et en vrai, Julie, elle a quel âge?

Les fées n’ont pas d’âge! (et en plus je n’en sais rien…)

Julie: Si vous deviez présenter une autre émission de radio, Sur Europe 1 ou ailleurs, laquelle serait-elle? After foot de RMC? Les Grosses têtes?...

J’adorerais être Julie, un jour dans ma vie! Sinon j’aime beaucoup le sport… Et aussi la formidable émission de Sophie Larmoyer, «Les carnets du monde»... Mais elle le fait tellement bien que je préfère en profiter en qualité d’auditeur! 

Here000: Bonjour. J'ai souvent l'impression que les matinales, à part celle d’RMC sont trop similaires. Des invités, quelques chroniques, un animateur sympa, et ça pendant 3 / 4 heures. Partagez-vous mon avis? (J'imagine que non, mais alors pourquoi?) D'ailleurs quelle est votre position sur le style Bourdin?
 

On peut reprocher beaucoup de choses aux matinales, mais je crois que nous avons chacun notre style… Avant d’en présenter j’ai toujours été très gourmand de ce rendez-vous…

J’aime l’intimité qu’il crée… Etre la première voix à parler le matin dans la maison, cela oblige! Quant au style, quoi de plus subjectif… L’essentiel est que chacun trouve matinale à son oreille! 

Fred: Vous avez vu l'interview de Sarkozy sur France 2 dimanche? Il a duré quasiment une heure! Vous trouvez ça normal qu'une personnalité politique se fasse inviter sur le service public, et le monopolise autant de temps?

C’est une vraie question. Il avait jusqu’à cette interview un statut à part: celui d’un ancien chef de l’Etat que l’on n’avait pas entendu parler «politique» depuis sa défaite. Je ne suis donc pas choqué par la durée de l’interview de dimanche.

En revanche, à partir de maintenant il est de notre devoir à tous de le traiter exactement comme les autres politiques. Ni mieux, ni moins bien. Ni plus long, ni plus court. 

Laurent: Un retour à la télé, un jour, c'est possible? Ou tout ceci est derrière vous, et vous souhaitez vraiment vous consacrer à la radio?

Je sais par définition ce qui est derrière moi. Mais je n’ai pas d’info sur ce qui est devant. J’aime la radio. J’aime la télé… Mais ce que j’aime par-dessus tout c’est faire mon métier de journaliste. Ça pourra très bien se faire de nouveau à la télévision demain ou après-demain. 

Memo34: Le clash Canteloup / Bourdin, vous voyez ça comment? Bourdin ne donne-t-il pas l'occasion à Canteloup de réagir quand il le critique au micro de RMC?

Je vous renvoie à une de mes réponses précédentes: un peu d’autodérision ne fait jamais de mal. Surtout quand on sait que Nicolas imite - et taille aussi beaucoup - les gens d’Europe 1… Et surtout, Canteloup a une qualité majeure pour moi: c’est que lorsqu’il arrive, juste avant 9h moins le quart, même si je prends parfois «cher», je sais que je vais rire de bon coeur!

Fred: Franchement, vous ne trouvez pas que les chaînes d’info en continue parlent beaucoup pour pas grand chose? Bref que cela ne grandi pas forcement votre profession. On surchauffe là, non?

Elles sont comme le bon vin, il faut les consommer avec raison voire avec modération. Elles ne sont pas faites pour être branchées 24/24. En revanche, elles rendent un service qui n’existaient avant elles: celui de nous offrir des images en direct. Après, à chacun d’être son propre filtre. En tout cas moi je préfère largement la vie AVEC que la vie SANS chaînes d’infos… (Et plus il y en a, mieux c’est …)

Fred: Deuxième question. Gérard Depardieu et Tapie, Que s’est-il passé par la suite? Vous vous attendiez à un clash en plein direct?

Je ne m’attendais pas du tout à un clash. Ni dans un cas ni dans l’autre. Et après, je vais vous décevoir, il ne s’est rien passé!! Puisque la matinale a suivi son cours et que chacun est reparti chez soi. Je n’ai jamais aucun contact avec les invités en amont. Et pas plus en aval. C’est un principe chez moi.

Ce qui est sûr, c’est que personne n’est «blacklisté» à la matinale d’Europe 1. Et que si l’actualité l’exige, Bernard Tapie sera réinvité!

Benjamin: Vous êtes très «frais» sur votre compte twitter, que je suis depuis quelques semaines. Bizarrement j’ai parfois l’impression qu’il est comme ça le vrai Thomas Sotto, sérieux sans se prendre au sérieux. Je vous verrai bien présenter «Le Grand Journal» sur Canal+ un jour si vous reveniez à la télé!

Je ne suis pas certain que Natacha Polony supporterait de me voir le matin ET le soir! Après, sur Twitter, à l’antenne ou dans la vraie vie, la seule chose que je sache faire à peu près correctement, c’est être moi-même… Donc je m’y emploie! Et l’avantage c’est que ça ne me demande pas beaucoup d’efforts…). Après, avoir un peu de recul et faire preuve d’un peu d’autodérision ne peut jamais faire de mal dans nos métiers...

Thierry: Bonjour Thomas Sotto! Ne redoutez-vous pas la panne de réveil? Et d'ailleurs, comment cela se passerait si un jour cela vous arrive? Que ferait Europe 1? Et comment réagirait Thomas Sotto, se réveillant tout en voyant qu'il est... 11h30?

Si ça arrive, mes premiers mots seront : «Oh putain!»... Mais je fais en sorte que cela ne soit pas possible. Donc 3 réveils: Le premier qui sonne à 2h30, le second à 2h31… le troisième à 2h32… Ils sont tous en mode «répétition». Et puis si je n’arrive pas comme tous les jours à 2h55 à la rédac, on a consigne de me téléphoner. Bref, je suis cerné…  (Et si malgré tout cela ça arrive, et bien j’aurais enfin eu la chance de faire une vraie nuit de sommeil en semaine !)

Leplastic: Qu'est-ce qui manque selon vous à votre émission pour rattraper RTL, France Inter, ou RMC en audience?

Pour ce qui est de RMC, on est bien devant! Après pour être franc, je ne suis pas obsédé par nos concurrents. Je dis toujours à mes équipes que nous devons nous concentrer sur notre «couloir», proposer chaque jour la meilleure matinale possible. 

C’est la seule façon de «recruter» de nouveaux auditeurs…  Et comme je ne suis pas hypocrite non plus, oui, j’aimerais bien qu’on soit devant un jour! 

Maurice: Pourriez-vous cesser d'interrompre l’interviewé quand il répond à votre question? C’est exaspérant de vous entendre parler plus longtemps que le questionné!

Une interview est un équilibre à trouver entre ce que vient dire l’invité et les questions auxquelles il n’a pas forcément envie de répondre. C’est à moi d’aller le «chercher». Cela peut être parfois un peu tendu. Mais c’est le prix à payer pour ne pas avoir en face de vous quelqu’un «qui déroule», lors d’interviews qui passent très vite.  Cela dit je crois n’être jamais agressif. Pugnace oui… (Mais demain, je penserai à vous, Maurice, si j’ai l’impression de m’emballer un peu!)

Rion: Pourquoi avoir abandonné Capital? C'était si compliqué d'exercer en même temps cette émission avec la matinale d'Europe 1? 

C’est toujours un problème de temps! Et puis j’aime «avoir les mains dans le cambouis» comme on dit. C’est la raison pour laquelle je suis rédacteur en chef de la matinale d’Europe 1. Je l’ai été aussi les 2 premières années à Capital. L’an dernier ce n’était plus possible, faute de temps. 

J’aime trop cette émission pour ne pas m’y consacrer pleinement. J’ai donc préféré passer la main à Fx Ménage qui est un type formidable, un copain des années BFMTV qui je le sais consacre déjà 25h par jour à Capital! 

Marie-Laure et Ludovic: Bonjour Thomas. Nous nous sommes connus à Paris, à l'époque de IT Asset Management. Un grand bravo pour ton émission et ta belle carrière. Nous t'écoutons tous les jours!

Merci à vous 2! Je me souviens très bien de vous! Ce qui est génial avec la radio c’est que je suis sûr que vous avez l’impression que l’on s’est quitté ce matin… (Message personnel: je vous embrasse !)... Et à demain donc!

Jul: Et sinon, il aime quoi Thomas Sotto dans la vie?

Il aime s’amuser! (et ne surtout pas parler de lui à la 3e personne…). J’ai la chance de faire partie du tout petit nombre de Français qui vivent de leur passion. Si mes journées faisaient 36h de plus, je ferais du théâtre, je lirais plus régulièrement la pile de bouquins que je mets de côté pour l’été, j’irais à des concerts (j’adore le classique!, et je tenterais de gagner Roland Garros ! (ou au moins de me faire éliminer par Roger Fédérer… la classe, non?!?)

Blacumba: Comment se passe la sélection de vos invités? Qui est derrière tout cela?

Le choix des invités est d’abord lié à l’actualité! C’est comme ça qu’hier soir, nous avons presque tout changé quand nous avons su qu’un français avait été enlevé en Algérie…  (Dans ces cas là, le café remplace les heures de sommeil…).

De manière plus générale, le service invité et la rédaction me font des propositions que je valide -ou pas- en plein accord avec Nicolas Escoulan, le directeur de la rédaction. La matinale, c’est un vrai travail d’équipe. Moi tout seul, je pourrais à la limite vous chanter une chanson mais ça n’irait pas beaucoup plus loin!

Lucie: Bonjour. Que faites-vous quand vous avez terminé votre émission? Vous courez vous coucher? D’ailleurs c’est quoi le planning type d’un présentateur de matinale?

Je continue à travailler! Dès la sortie de l’antenne, nous faisons un debrief, une conférence critique, avec toute l’équipe de la matinale. Puis nous commençons à réfléchir à ce que l’on a envie de faire pour le lendemain matin… Ensuite seulement, c’est le «dodo time»! Une sieste d’environ 2h… Mais «comme l’actualité se lève tôt et ne s’arrête jamais», je retourne à Europe 1 vers 16h30… En général jusqu’à la fin des 20h! Bref, je suis un besogneux! 

------------------------------------

Présentation du chat:

Ancien présentateur du magazine Capital sur M6, Thomas Sotto est depuis septembre 2013 aux manettes d'«Europe 1 Matin», la matinale de la station de 6h à 9h dont il est également le rédacteur en chef.

Une émission pour «tout savoir, tout comprendre et se faire sa propre opinion», et qui réveille plus de 3 millions de personnes chaque matin.