Le magazine «ELLE» en crise après le départ de Valérie Toranian

PRESSE La directrice de la rédaction de l'hebdomadaire féminin a été limogée, une motion de défiance a été votée...

Anne Demoulin

— 

Le magazine «Elle» a été fondé en France en 1945 par Hélène Lazareff et Marcelle Auclair.
Le magazine «Elle» a été fondé en France en 1945 par Hélène Lazareff et Marcelle Auclair. — JOEL SAGET/AFP

Un magazine en crise. En début de semaine, les salariés du magazine ELLE ont appris le départ de Valérie Toranian, qui dirige la rédaction depuis 2002 et travaille pour l’hebdomadaire féminin depuis 1989. Un départ suivi de celui de Véronique Philipponnat, rédactrice adjointe de la rédaction.

Une motion de défiance

Les salariés d’ELLE ont voté une motion de défiance, selon Le Monde,  à l'encontre d'Arnaud Lagardère, le propriétaire du magazine, Denis Olivennes, le président de Lagardère Active, Constance Benqué, la patronne de la publicité du groupe, et Franck Espiasse-Cabau. Cette motion constate que c'est «par voie de presse» que l'équipe a appris «le licenciement de la directrice de la rédaction, Valérie Toranian».

Lors d’une rencontre avec la Société des journalistes, Denis Olivennes aurait décrit le titre comme «un navire qui coule», l'invitant à «se réinventer». Il souhaite relancer l'hebdomadaire féminin dont les ventes sont passées de 380.000 exemplaires en 2012 à 350.000 en 2014 et qui avec l’essor de Grazia et l’arrivée de Vanity Fair évolue dans un marché plus compétitif.

Les salariés ne l’entendant pas de cette oreille. Ils s'inquiètent de nouvelles suppressions de postes consécutives à la restructuration du groupe et à la revente d'une dizaine de titres.

L'indépendance éditoriale du journal

Ils redoutent également une atteinte à l'indépendance éditoriale du journal. En janvier, la présidente de Lagardère Publicité, Constance Benqué a été nommée nouvelle directrice du pôle féminin haut de gamme, marquant le renforcement du publicitaire sur l’éditorial.

Françoise-Marie Santucci, ex-journaliste mode à Libération et ex-rédactrice en chef du supplément Next, est pressentie pour remplacer Valérie Toranian. Face à la crise, le féminin va devoir se réinventer dans un climat tendu.