Le débat fait toujours peur dans la course à l'Elysée

©2006 20 minutes

— 

En 2002, ils avaient accepté de débattre, un peu. Cette fois, c'est niet. « Personne ne veut rencontrer personne », regrette Paul Nahon, directeur de l'info de France 3. Il a reçu jeudi les journalistes de l'audiovisuel public à l'origine d'une pétition pro-débats, forte de dix mille signatures. « J'adorerais que les candidats débattent ensemble, mais ils préfèrent labourer le terrain plutôt que de perdre du temps à confronter leurs idées », soupçonne-t-il. Seuls Bayrou et Buffet ont répondu « oui » à la demande qu'il a envoyée à tous les postulants à l'Elysée. « Ce n'est pas la faute des médias si ces débats n'ont pas lieu ! », précise Jean-François Téaldi, délégué SNJ.Et en 2002, les prétendants avaient-ils l'envie et le cran de s'écharper en prime time ? Le 4 février, Arlette Chabot animait dans « Mots croisés » une prise de bec mémorable entre Le Pen, Mamère, Pasqua, Bayrou et Laguiller. Mais Chirac, lui, avait refusé de participer à un débat avant le premier tour, sous prétexte qu'il « ne pourrait conduire qu'à la confusion ». Le face-à-face avec Jospin n'a donc jamais eu lieu. Sarkozy et Royal y échapperont-ils ?

L. de C.