Changement de tête à France Info

©2006 20 minutes

— 

C'était dans l'air depuis plusieurs jours, c'est officiel depuis jeudi matin. Patrick Roger, rédacteur en chef de la matinale de France Inter, va prendre les manettes de France Info en lieu et place de Michel Polacco. Jean-Paul Cluzel, président de Radio France, l'a annoncé au cours de la réunion matinale de France Info.


Première mission de «Rodgeure», comme on le surnomme à la Maison de la Radio? La pêche aux auditeurs: de 10,5% à l'arrivée de Michel Polacco en 2002, l'audience cumulée a chuté à 8,9% en novembre-décembre 2006. Cette désaffection vinaigrée se perçoit aussi sur le Web. Mauvais signe quand toutes les radios, privées en tête, jouent du podcast et du blog. «Notre site reçoit moins de visiteurs que celui de France Culture, qui ne fait que 1,3% d'audience», se désole un représentant syndical.

Pour redresser la barre, Patrick Roger s'appuiera sur une étude commandée en janvier auprès des auditeurs (fidèles ou carapatés). «Nous voulons retrouver notre vocation news, passer plus de reportages, stopper les chroniques poussiéreuses et le bla-bla intello», assène la Société des journalistes. Le départ de Michel Polacco fait en tout cas l'unanimité à la rédaction. «Le mur entre la direction et les journalistes est tel que l'ambiance est exécrable», assure un salarié. «Tout le monde obéit aux ordres sans plus débattre», poursuit un autre. Personne, même les syndicats, n'ose témoigner nommément. Impossible de faire un tour dans les bureaux: «Nous ne voulons pas voir de têtes extérieures se trimballer ici», tranche un responsable.

Là se dessine la deuxième quête de «Rodgeure»: retrouver la confiance d'une rédaction excédée à force de ne pas être entendue. Il avait laissé un bon souvenir à France Info comme rédacteur en chef et directeur adjoint chargé de l'antenne entre 1997 et 2001. En septembre, il devra donner des habits et des espoirs neufs à la station grâce à une grille transfigurée. Comme il l'a fait, avec succès, à France Inter à la rentrée 2006.

Raphaëlle Baillot