Un livret de blagues homophobes en cadeau avec un tabloïd italien

PRESSE Le magazine people «Visto» est au coeur d'une polémique...

Anne Demoulin

— 

Un couple homosexuel se promène.
Un couple homosexuel se promène. — SIERAKOWSKI/ISOPIX/SIPA

Un magazine people italien crée la polémique. Le dernier numéro de Visto a en effet été vendu accompagné d’un livret de blagues, Le migliori barzellette gay («Les meilleures blagues gays»). Un tollé pour le titre, vendu en Italie à 350.000 exemplaires.

«Ce livre perpétue des préjugés»

«On joue à cache-cache? –Ok, si tu me trouves? Tu peux me violer. Si tu ne me trouves pas… Je suis dans le placard.» Cette blague homophobe, doublée d’une plaisanterie sur le viol, fait la couverture d'un livret qui n’a pas fait rire du tout lui, au sein de la communauté LGBT italienne.

«Ce livre perpétue des préjugés et des stéréotypes qui ramènent l’Italie au temps où les gays et les lesbiennes étaient obligé.e.s de se cacher ou étaient cibles de violence et de moquerie, et diffuse des messages dangereux, particulièrement pour les jeunes de ce pays qui se bat encore pour développer une stratégie nationale pour lutter contre l’homophobie et la transphobie», explique Andrea Maccarrone, le président de l’organisation Mario Mieli.

«Les magazines que nous méritons. Félicitations!», a réagi une internaute, qui, comme de nombreux Italiens, s’est indignée sur Twitter.

Une «controverse absolument artificielle»

Deux pétitions en ligne ont été lancées pour exiger que la publication soit retirée des kiosques, rapporte La Stampa, et que l’éditeur présente ses excuses. Roberto Alessi, le rédacteur en chef de Visto, affirme ne pas avoir été informé que ce fascicule serait ajouté au magazine, et l'a qualifié de «dégueulasse».

Le directeur général de PRS, le groupe qui publie Visto, Federico Silvestri, lui, ne voit pas le problème: «Je défends et revendique la décision d’avoir attaché des livres de blagues sur différents sujets dans Visto, y compris sur les homos, ce qui n’est plus un sujet tabou. Je suis la montée de cette controverse absolument artificielle et hors de propos avec grande surprise.»