Philippe Bouvard: «J’ai touché les dividendes d’une longue occupation du terrain!»

RADIO Le journaliste et animateur des «Grosses têtes» évoque pour «20 Minutes» ses 37 ans passés à l'antenne de RTL...

Propos recueillis par Anne Demoulin

— 

Philippe Labro, Philippe Bouvard et Jacques Balutin lors du tournage de la derniere emission de Philippe Bouvard aux commandes des «Grosses têtes».
Philippe Labro, Philippe Bouvard et Jacques Balutin lors du tournage de la derniere emission de Philippe Bouvard aux commandes des «Grosses têtes». — Erez Lichtfeld/BALTEL/SIPA

Philippe Bouvard quitte les «Grosses têtes» et sera remplacé à la rentrée par Laurent Ruquier. L'animateur mythique a confié ses impressions à «20 Minutes» après l'enregistrement de l'émission «Les Grosses têtes: nos 37 ans de bonheur» aux Folies Bergères qui sera diffusée ce vendredi à 20h45 sur France 2. L'occasion de retrouver ses sociétaires, d'hier et d'aujourd'hui, une ultime fois.

Quelles sont vos impressions après votre dernier enregistrement télévisuel des «Grosses têtes»?

C’était très agréable parce que il n’y avait que des amis, à la fois sur scène et dans la salle. Et puis c’était l’occasion de revivre des bons moments, dont même parfois j’avais perdu le souvenir. C’est une façon de remercier tout le monde après 37 ans de bonheur.

Vos sociétaires vous ont réservé quelques surprises, qu’avez-vous ressenti?

Je ne m’y attendais pas du tout. Quand j’ai vu Mireille Dumas en bonne sœur, j’en croyais pas mes yeux! Il m’a fallu un moment pour la reconnaitre. J’étais à mille lieux de penser qu’elle pourrait se travestir comme ça. Ce qui prouve qu’on lui a donné des idées! Et puis, j’ai vu tous mes sociétaires s’épanouir, raconter des souvenirs. «Les Grosses têtes», ce n’est pas seulement une histoire professionnelle, mais une histoire d’amitié. Quand la profession dure aussi longtemps avec les mêmes gens, c’est l’amitié finalement qui submerge tout et c’est très bien.

Il y avait beaucoup de ferveur au sein du public dans la grande salle des Folies Bergères …

J’ai rendu hommage aux auditeurs sans lesquels on n’aurait pas duré 37 ans et il s’est établi des liens entre nous. Un courrier considérable auquel je m’efforce de répondre, même parfois avec deux mois de retard.

Quelle place ont occupé les «Grosses têtes» dans votre vie?

Cette émission a occupé plus de la moitié de ma vie professionnelle et environ un tiers de mes journées. C’est quelque chose qui compte dans une vie d’homme, quand on s’est consacré aussi longtemps à quelque chose.

Et dans le PAF, l'émission a-t-elle une place à part?

Peut-être, c’est une émission populaire, qui a duré longtemps parce qu’on ne s’y prend pas au sérieux et qu’on est très proches des gens, parce qu’on fait du spectacle tous les jours dans le grand studio où l’on accueille les auditeurs. Alors, oui, peut-être qu’elle a une place à part. En fait, je vais vous dire, j’ai touché les dividendes d’une longue occupation du terrain! (rires)

Vous allez associer les auditeurs à votre prochain projet...

Le 30 août, je vais lancer une nouvelle émission sur RTL qui s’appelle «Allo Bouvard» où j’aborderai tous les sujets avec tous les interlocuteurs en direct. Et ça, c’est une façon de renvoyer la balle aux auditeurs, parce que j’ai découvert qu’il y avait des professionnels de la parole qui se débrouillait tant bien que mal, dont je suis, et puis il y a les auditeurs, qui se débrouillent de mieux en mieux.