Un second Nicolas contre Ségolène Royal

©2006 20 minutes

— 

Nicolas de Tavernost, président de M6, ne se laissera pas gâcher les 20 ans de sa chaîne par la candidate PS à l'élection présidentielle. Jeudi dernier, devant l'Association des journalistes médias, le pilote de l'ex « petite chaîne qui monte » devenue poids lourd du PAF, a tenu à faire une mise au point : « Si l'on affaiblit le service privé, le service public ne se portera pas mieux. » Allusion directe aux projets audiovisuels de Ségolène Royal, qui dit vouloir instaurer une taxe sur les recettes publicitaires des antennes privées pour financer un service public en manque d'argent frais. Hors de questions pour M6 que l'on vienne piquer dans les jolis deniers de sa pub, qui ont rapporté 649,7 millions d'euros en 2006, une augmentation de 3,9 % par rapport à 2005. Et Nicolas de Tavernost, très en forme, de conclure, cinglant : « En France, on crée des chaînes pour découvrir ensuite qu'on n'a pas les moyens de les financer. »

R. Baillot