L’honneur des frères Bogdanoff lavé en justice

DIFFAMATION Igor et Grichka ont fait condamner l’hebdomadaire Marianne pour diffamation…

B.C. avec AFP

— 

Igor et Grichka Bogdanoff en 2013
Igor et Grichka Bogdanoff en 2013 — MARS JEROME/JDD/SIPA

Des «imposteurs» fomentant «usurpations» et «mystifications», les frères Bodgdanoff? La justice a dit «non». Igor et Grichka Bogdanoff ont gagné lundi leur procès en diffamation contre Marianne, qui avait publié des extraits d’un rapport du CNRS fin 2010, selon lequel leurs thèses de doctorat n’avaient «pas de valeur scientifique».

La journaliste, auteure de l’article, et le directeur de l’hebdomadaire ont été condamnés à verser 64.000 euros de dommages et intérêts aux frères Bogdanoff. Les offensés réclamaient chacun 50.000 euros pour préjudice moral et 792.500 euros pour préjudice matériel, notamment en raison de l’arrêt de leurs émissions de télévision.

Un travail journalistique remis en cause

La 17e chambre civile du tribunal de grande instance de Paris a en outre ordonné la publication d’un communiqué judiciaire dans trois journaux. Le tribunal a estimé que les «propos diffamatoires» des articles incriminés «apparaissent plus comme des attaques personnelles que comme des critiques, au fond, de leurs théories.»

Au sujet du rapport, les juges soulignent «l’absence de contradictoire dans le travail de la commission, la non-communication préalable aux intéressés, son caractère anonyme et l’absence de signature», qui aurait dû conduire le journal à une «particulière prudence quant aux propos accompagnant cette publication.»

Le CNRS dans le viseur

L’avocat des frères Bogdanoff, Thibault de Montbrial, s’est félicité de la «sévérité exemplaire» du jugement, qui «remet les pendules à l’heure, y compris par ricochet contre le CNRS.»

Après la publication des extraits, le CNRS avait manifesté son souhait de rendre public ce rapport interne, mais la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) avait refusé.