«Le Monde»: Sept rédacteurs en chef démissionnent

MEDIAS La rédaction est en conflit autour de sa réorganisation. Sept rédacteurs en chef viennent de donner leur démission…

A.L.

— 

Le siège du journal «Le Monde» dans le 13e arrondissement de Paris.
Le siège du journal «Le Monde» dans le 13e arrondissement de Paris. — © Kamel Khalfi

La crise s'intensifie boulevard Blanqui à Paris. La majorité de la rédaction en chef du Monde a démissionné de ses fonctions ce mardi pour protester contre «l'absence de confiance» de la direction en plein conflit sur la réorganisation de la rédaction, annonce l'AFP, confirmant les informations de Libération.

«Depuis plusieurs mois, nous avons envoyé de nombreux messages d’alerte pour signaler des dysfonctionnements majeurs, ainsi qu’une absence de confiance et de communication avec la direction de la rédaction nous empêchant de remplir nos rôles à la rédaction en chef», écrivent, selon Libération, les sept démissionnaires dans un mail adressé à Natalie Nougayrède et à Louis Dreyfus, président du directoire. La directrice Natalie Nougayrède et Vincent Giret, directeur délégué des rédactions «semblent très isolés», poursuit Libération, qui cite un journaliste du titre selon lequel «il y a des départs d’incendie dans tous les sens».

«Un leadership insuffisant à un moment crucial»

L’absence de communication est le sujet principal de crispation alors qu’est en cours une réorganisation de la rédaction qui, selon un message envoyé en février par la direction, prévoit de réaffecter une cinquantaine de postes, dont une bonne partie vers le numérique. Le désaccord porte aussi sur une nouvelle formule du quotidien dont la sortie initialement prévue ce printemps a été repoussée au septembre.

Un article de Médiapart paru samedi 3 mai s'est fait l'écho d'un rapport sévère du cabinet Technologia spécialisé dans l’évaluation des risques professionnels qui évoquait notamment «le sentiment d’un leadership insuffisant à un moment crucial».

Selon Presse News, Natalie Nougayrède doit s'exprimer ce mercredi devant la rédaction et le vote d’une motion de défiance vis-à-vis de la direction du journal est «sérieusement envisagé».