«L’Express» refoulé de la conférence de presse du maire FN de Fréjus

PRESSE Un journaliste de «L'Express» a été écarté de la première conférence de presse du maire David Rachline...

J.M.
— 
David Rachline, à Fréjus, le 27 mars 2014.
David Rachline, à Fréjus, le 27 mars 2014. — Lionel Cironneau/AP/SIPA

Chargé de couvrir les élections municipales à Fréjus, un journaliste de L’Express a été interdit d’accès à la première conférence de presse du maire Front National. Dans un article publié sur son site, l’hebdomadaire revient sur l’incident dimanche soir, au second tour des municipales qui a vu la victoire de David Rachline.

Le jeune cadre du parti d’extrême-droite devait s’exprimer dans un restaurant à proximité de son local de campagne. L'Express explique: «Une personne barre l'entrée à notre collaborateur, "J'ai eu l'ordre de ne pas vous laisser entrer", assène-t-elle. Comment cet homme d'une cinquantaine d'années, que notre reporter n'a jamais croisé, l'a-t-il reconnu? "Nous sommes physionomistes", rétorque-t-il.»

«Un mouvement d’humeur» selon David Rachline

«Après avoir refusé de s'exprimer sur ce sujet, David Rachline finit par s'expliquer au téléphone, 48 heures après sa victoire», raconte le magazine. «J'ai eu un mouvement d'humeur le soir de mon élection. Jusqu'à présent, j'ai toujours fait entrer tous les journalistes à mes points presse. A l'avenir, je ne ferai plus de tri», a répondu le maire FN de Fréjus. L’hebdo émet l’hypothèse que des informations qu’il a publiés aurait pu  déplaire à David Rachline. Ce n'est pas le premier accroc entre le Front national et la presse durant les élections municipales. Vendredi 21 mars, Louis Aliot, candidat FN à la mairie de Perpignan avait envoyé par erreur un SMS d’insulte à une journaliste de L’Indépendant.